Domaine malgache

Le domaine malgache (Afrique) qui comprend 4 000 ouvrages, dont 1 000 d'entre eux environ sont en langue malgache, est également riche de documents rares. Le malgache et ses dialectes sont parlés par environ 20 millions de locuteurs.

Voyage à Madagascar et aux îles Comores, détail © B.-F. Leguével de Lacombe, Paris, 1860, collection de la BULAC. Prise de vue Grégoire Maisonneuve pour la BULAC.

Ce domaine est constitué de la réunion de trois fonds issus de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO), de la bibliothèque du Centre d’études africaines (CEAf) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et de la bibliothèque du laboratoire « Sociétés en développement - études transdisciplinaires » (SEDET) de l’université Paris Diderot.

Les collections de la bibliothèque se constituent dès le XIXe siècle, alors que le premier cours de malgache est donné en 1895 à l’École des langues orientales, et prennent de l’essor grâce aux relations de coopération tissées avec des enseignants tels Gustave Julien (1870-1936) et Jacques Faublée (1912-2003). Ce fonds s’enrichit notablement, entre 1956 et 1959, grâce à un don de la Bibliothèque nationale et poursuit son développement dans les années 1970. Le don Jacques Faublée, composé de 1 400 livres sur Madagascar et l’Océan Indien (400 sont en langue malgache), vient renforcer les secteurs de l’ethnologie, de l’anthropologie et des sciences politiques.

La littérature est majeure, reflet de la grande diversité des genres et de l’émergence de nouveaux auteurs contemporains. La forte production de grammaires, de dictionnaires et d’études sur les origines de la langue malgache est aussi notoire. Enfin, certains ouvrages témoignent de la mosaïque des royaumes, des traditions et de l’histoire des grandes familles.

Les collections en magasin : 3 700 volumes communicables, dont les revues de plus de 10 ans.

Dans les collections de la Réserve sont réunis les ouvrages rares et précieux, consultables sous certaines conditions.
Par exemple : Tantara ny andriana eto Madagascar, Histoire des rois d’Imerine, d’après les manuscrits malgaches. Antananarivo : No Tontaina Tamy ny Presy Katolika, 1873.

Des revues en ligne et des bases de données. Par exemple : Cahiers d'études africaines ; Research in African Literatures ; Corpus de la littérature francophone de l'Afrique noire.

Chargée de collections pour le domaine malgache : marine.defosse [à] bulac.fr

Établissements fondateurs de la BULAC ayant contribué à la constitution du domaine malgache : Sorbonne Nouvelle, INALCO, EHESS, Paris Diderot.

 


Rejoignez-nous


Le Carreau de la BULAC, carnet de recherches sur hypotheses.org

La Croisée de la BULAC, carnet de veille sur hypotheses.org

Pour citer cette page : 🔗 www.bulac.fr/?id=887