Domaine wolof

Le domaine wolof (Afrique) est un secteur modeste en voie de développement à la bibliothèque. Cet espace s’étend au-delà des frontières du Sénégal, jusqu’en Gambie et en Mauritanie. Le wolof compte 11 millions de locuteurs. Sa culture est véhiculée par une forte diaspora surtout présente en Europe et aux États-Unis.

Une mission au Sénégal : ethnographie, botanique, zoologie, géologie, détail © Dr Lasnet, Paris, 1900, collection de la BULAC.

Ce domaine est constitué de la réunion de trois fonds issus de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO), de la bibliothèque du Centre d’études africaines (CEAf) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et de la bibliothèque du laboratoire "Sociétés en développement - études transdisciplinaires" (SEDET) de l’université Paris Diderot.

Bien avant 1899, date de l’ouverture du cours de wolof à l’École des langues orientales, sa bibliothèque se dote des premières études grammaticales, de dictionnaires et de récits ethnographiques. Ce fonds reflète l'intérêt des chercheurs de l'époque pour la connaissance des langues à l'image de Jean Dard, rédacteur du premier dictionnaire français-wolof en 1825 ou de missionnaires tels l'abbé Lambert, l'abbé Boilat et Mgr Kobès. L’enrichissement des collections dans cette langue se poursuit malgré une interruption de son enseignement (les cours de wolof ont repris en 1989) à l’École des langues orientales.

L'histoire de la langue, la littérature et la culture traditionnelle du peuple wolof sont des axes majeurs dans ce domaine. La bibliothèque s’efforce de suivre la production en langue wolof, publiée par de nouvelles maisons d’édition locales (au Sénégal essentiellement), constituée de manuels didactiques, d'ouvrages de vulgarisation, mais aussi d'œuvres littéraires.

Les collections en magasins : de nombreux volumes communicables parmi lesquels les publications des éditeurs OSAD et Papyrus-Afrique, dont les revues de plus de 10 ans.

Dans les collections de la Réserve sont réunis les ouvrages rares et précieux, consultables sous certaines conditions. Par exemple : Kobès, Aloïse. Grammaire de la langue volof.  Saint-Joseph de Ngasobil : Imprimerie de la mission, 1869.

Des revues en ligne et des bases de données. Par exemple : Cahiers d'études africaines ; African Studies ; African Identities ; Corpus de la littérature francophone de l'Afrique noire.

Chargée de collections pour le domaine wolof : marine.defosse [à] bulac.fr

Établissements fondateurs de la BULAC ayant contribué à la constitution du domaine wolof : Sorbonne Nouvelle, INALCO, EHESS, Paris Diderot.

 


Rejoignez-nous


Le Carreau de la BULAC, carnet de recherches sur hypotheses.org

La Croisée de la BULAC, carnet de veille sur hypotheses.org

Pour citer cette page : 🔗 www.bulac.fr/?id=897