Domaine chinois

Traité d'architecture, Ying zoo fa shi @ détail, XIIe siècle, réédition commentée, 1925, collection de la BULAC
CHI.665 6

Le domaine chinois (Asie) englobe la Chine continentale et Taïwan dans leur diversité culturelle et linguistique. Le mandarin compte 867 millions de locuteurs et 66 millions de personnes parlent le cantonais.

Composé de 70 000 ouvrages et de 178 revues vivantes, ce domaine est constitué de la réunion de quatre fonds issus de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO), de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), du Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et de l'UFR des Langues et Civilisations de l'Asie orientale (LCAO) de l'université Paris Diderot.

Il se constitue dès la création, en 1843, d’une chaire de chinois à l’École des langues orientales. Cet enseignement, qui répondait aux besoins pratiques de la diplomatie et du commerce français en Chine, se reflète dans la composition des fonds : dictionnaires et manuels, textes utiles à l’étude de la langue et de la civilisation chinoises. Son essor est tributaire des convulsions politiques chinoises. Ce n’est qu’à partir de la fin des années 1970 que l'accroissement du fonds devient constant en s’ouvrant aux sciences humaines et sociales afin d’épouser les tendances nouvelles de la recherche.

Ce fonds est enrichi de 19 titres de presse du CECMC, de 1 500 ouvrages (linguistique, histoire, littérature, philosophie) et de 68 revues provenant de l'EFEO, ainsi que de quelques centaines d'ouvrages et fascicules de revues de l'UFR LCAO.

Environ 60 % des ouvrages sont en chinois classique et moderne, mais également dans les langues et dialectes parlés sur les territoires chinois et taïwanais. Cette richesse linguistique reflète l’histoire d’une tradition sinologique française ancienne et vivace.

Les collections en magasins : 59 000 volumes communicables, dont les revues de plus de 10 ans.

Dans les collections de la Réserve sont réunis les ouvrages rares et précieux, consultables sous certaines conditions. Par exemple : La Chine d’Athanase Kirchere… illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes (…). Amsterdam : Ches J. Jansson à Waesberge & les heritiers d'Elizée Weyeratraet, 1670.

Des revues en ligne et des bases de donnéesPar exemple : China Economic Journal ; The China Quarterly ; China Academic Journals (CNKI) ; Sikuquanshu.

Chargé de collections pour le domaine chinois : min.yu [à] bulac.fr

Chargée de collections pour le domaine Taïwan : soline.lau-suchet [à] bulac.fr

Établissements fondateurs de la BULAC ayant contribué à la constitution du domaine chinois : Sorbonne Nouvelle, INALCO, EHESS, EFEO, Paris Diderot.

 


Rejoignez-nous


Le Carreau de la BULAC, carnet de recherches sur hypotheses.org

La Croisée de la BULAC, carnet de veille sur hypotheses.org

Pour citer cette page : 🔗 www.bulac.fr/?id=940