Domaine caucase

Le domaine Caucase est constitué d’ouvrages répartis sur plusieurs aires géographiques : la Russie du Sud (Républiques d’Adyguée, du Daghestan, d’Ingouchie, de Kabardino-Balkarie, de Karatchaievo-Tcherkessie, d’Ossétie du Nord, de Tchétchénie) et la Transcaucasie (Arménie, Géorgie et Azerbaïdjan).

Hoc est : Joh. Joachimi Schröderi thesaurus linguae armenicae, antiquae et hodiernae. Amsterdam : imprimerie de la famille Vanandec'i, 1711, collection de la BULAC. Prise de vue Grégoire Maisonneuve pour la BULAC.

Ce fonds compte plus de 10 000 ouvrages et 34 revues issus des collections de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO). Dans ce domaine, les fonds arménien (5 500 ouvrages) et géorgien (2 200 ouvrages) sont les plus importants en nombre de volumes. D’autres langues sont représentées telle l’azéri avec un fonds de 1000 ouvrages, dont une grande partie s'est constituée grâce aux dons de l’Ambassade d’Azerbaïdjan et à une convention passée avec la Bibliothèque nationale de France.

Ce domaine est riche d’une collection d’imprimés arméniens témoignant de l’ancienneté de l’enseignement de cette langue en France dès avant la Révolution, d’exemplaires imprimés à Constantinople, au Moyen-Orient, à Moscou (sous le patronage de la famille Lazarev) ou à Venise (littérature
religieuse financée par des marchands). Quelques ouvrages proviennent de la bibliothèque personnelle d’Auguste Carrière (1838 – 1902), ainsi que du legs d’Édouard Dulaurier (1807 – 1881) et du don du linguiste Antoine Meillet (1866 – 1936).

Haratch (En avant), premier quotidien arménien publié en Europe à partir de 1925, a enrichi le domaine grâce au don d’Arpik Missakian, directrice de publication de ce journal, fondé par son père, Schavarch Missakian. Publié à Paris, Haratch avait entrepris de retracer l’histoire de la communauté arménienne et de fait permis de relier entre eux les arméniens de la diaspora. Diffusé dans 14 kiosques parisiens et partout en Europe occidentale, cet unique quotidien arménien a pu comptabiliser jusqu'à 5 000 abonnés dans les années 1930. Censuré entre 1940 et 1945, il cesse définitivement de paraître en mai 2009. La BULAC possède la collection complète de ce titre, soit 22 214 numéros.

Par ailleurs, la bibliothèque possède également un fonds d'ouvrages en géorgien constitué des dons de la Bibliothèque géorgienne de Paris et de ceux du gouvernement géorgien. Ces donations sont venues compléter les acquisitions anciennes, notamment des éditions de 1846.

Les disciplines-phares du domaine Caucase sont la littérature, l’histoire, la linguistique et l'ethnologie.

Les collections en magasins : 8 000 volumes communicables, dont les revues de plus de 10 ans.

Dans les collections de la Réserve sont réunis les ouvrages rares et précieux, consultables sous certaines conditions.
Par exemple : Carrière, Auguste. Nouvelles sources de Moïse de Khoren. Vienne : Impr. des Méchitharistes, 1894.

Des revues en lignePar exemple : Central Asia and the Caucasus.

Chargée de collections pour le domaine arménien : adrineh.zinali [à] bulac.fr

Établissements fondateurs de la BULAC ayant contribué à la constitution du domaine Caucase : Sorbonne Nouvelle, INALCO.

 

« Parastan.fr », un outil au service de la transmission de l’arménien occidental

Lire, sur le Carreau de la BULAC, l'article de présentation de ce dictionnaire thématique français-arménien occidental en accès libre qui compte 25 000 mots et expressions concernant des domaines très variés, avec de nombreux défis linguistiques et culturels. [En savoir plus]

Les collections arméniennes de la BULAC se dévoilent !

Numérisation du journal « Haratch », premier quotidien en langue arménienne d'Europe, fondé en 1925.

Voir la vidéo

Grâce à l'initiative de l'Association pour la recherche et l'archivage de la mémoire arménienne (ARAM), la numérisation du journal  Haratch, le premier quotidien en langue arménienne d'Europe, fondé par Schavarch Missakian en 1925, vient de débuter pour les numéros de 1925 à 1940. Ces 30 premiers volumes reliés et mis à disposition par la BULAC dans le cadre d'une convention sont en cours de numérisation par la structure spécialisée, COPEIA.  Cette numérisation viendra compléter les numéros déjà numérisés et mis en ligne par l'association sur son site Internet.

Voir la présentation détaillée du fonds géorgien

Lire l'article sur le Carreau de la BULAC, rédigé par Tamara Svanidzé, à l'issue du catalogage rétrospectif du fonds géorgien entrepris en 2015 : 1 214 titres, édités entre 1840 et 1991, présents dans les fichiers papier pré-existants, ont pu rejoindre le catalogue de la BULAC.

 


Rejoignez-nous



Le carreau de la BULAC, carnet de recherches sur hypotheses.org

Pour citer cette page : 🔗 www.bulac.fr/?id=1005