Publié : 16 février 2023
http://www.bulac.fr/node/2881

[Appel à contribution] Éditer en exil en temps de régimes autoritaires en Europe médiane (1918-1989)

La BULAC est partenaire de cette journée d'étude qui se tiendra les 1er et 2 juin 2023.

À l’occasion de cette journée, il s’agira d’appréhender l’Europe médiane entre 1918 et 1989, à la fois comme lieu de départ de dissidents à des régimes autoritaires s’exilant ailleurs dans le monde et lieu d’accueil pour certaines éditions d’exil. L’attention se portera avant tout sur l’expérience liée à la création de maisons d’éditions dans ces différents contextes. De Paris à New-York, de Berlin à Rome, en passant par des villes comme Prague ou Bucarest, ce phénomène éditorial constitue un objet d’étude en soi, ainsi qu’un observatoire privilégié pour mieux cerner les différentes dissidences ainsi exprimées. Une place particulière est occupée au sein de ce corpus par l’édition allophone, autrement dit, les publications dans des langues autres que celles établies/reconnues comme officielles et/ou minoritaires dans l’espace où elles voient le jour.

[Appel à contribution] Éditer en exil en temps de régimes autoritaires en Europe médiane (1918-1989)

Josif Aleksandrovic̆ Brodskij ; Přeložil [z ruštiny] Jiři Kovtun, Velká elegie, Rome, Paris, Edice Svědectví, 1968. Collections de la BULAC, BIULO BR.8.872(25).

Argumentaire

De la fin de la Première Guerre mondiale à la fin de la Guerre Froide, des régimes autoritaires ont accédé au pouvoir dans une série de pays à travers le monde, en particulier en Europe médiane, soit dans l’espace qui se déploie entre les pays baltes dans le Nord et la Grèce en son extrémité méridionale, tout en étant délimité par l’Allemagne à l’Ouest et la Russie à l’Est. Au-delà d’une typologie idéologique multiple de ces séquences politiques, ces régimes ont eu en commun une abolition du fonctionnement démocratique et libéral de la société, ainsi que la formation de groupes de réfractaires et dissidents. Certains d’entre eux ont pris le chemin de l’exil, notamment vers la France, afin d’échapper aux persécutions et de pouvoir s’exprimer plus librement. Parmi les activités développées par ces résistants en exil, l’édition a occupé une place importante. Il a également pu arriver que certains pays d’Europe médiane deviennent eux-mêmes des lieux d’accueil pour des dissidents essayant de fuir des régimes dictatoriaux. Ce fut le cas des intellectuels allemands installés à Prague dans les années 1930.

À l’occasion de cette journée, il s’agira précisément d’appréhender l’Europe médiane à la fois comme lieu de départ de dissidents s’exilant ailleurs dans le monde et lieu d’accueil pour certaines éditions d’exil. L’attention se portera avant tout sur l’expérience liée à la création de maisons d’éditions dans ces différents contextes. De Paris à New-York, de Berlin à Rome, en passant par des villes comme Prague ou Bucarest, ce phénomène éditorial constitue un objet d’étude en soi, ainsi qu’un observatoire privilégié pour mieux cerner les différentes dissidences ainsi exprimées. Si les orientations idéologiques des éditeurs varient en fonction des situations politiques en vigueur dans leurs pays de départ, les pratiques linguistiques connaissent elles aussi des variations entre des documents édités dans la langue officielle et/ou les langues étrangères. Une place particulière est occupée au sein de ce corpus par l’édition allophone, autrement dit, les publications dans des langues autres que celles établies/reconnues comme officielles et/ou minoritaires dans l’espace où elles voient le jour.

Parmi les axes de recherche proposés dans le cadre de cette journée, les communications pourront contribuer à :

  • cartographier ce paysage éditorial en exil
  • esquisser les trajectoires de ses principaux acteurs (éditeurs, auteurs, imprimeurs…)
  • étudier les différents types de publications
  • explorer les réseaux qui les ont portées, les relations établies entre les maisons d’éditions
  • interroger le rôle de ces établissements dans le mouvement général de circulation des personnes et des idées, les transferts culturels auxquels ils ont donné lieu, les identités métissées qui en ressortent, les stratégies de leurs acteurs dans la promotion de prérogatives idéologiques et esthétiques
  • évaluer l’influence de cette presse dans les pays d’origine de leurs éditeurs et de leurs lecteurs (influence culturelle, politique...)

Modalités de contribution

Si vous souhaitez participer aux travaux de cette journée, veuillez envoyer aux adresses suivantes : catherine.servant@inalco.fr, nicolas.pitsos@bulac.fr votre proposition en français ou en anglais, de 1 500 caractères maximum, suivie d’une brève présentation biobibliographique d’ici le 15 mars 2023.

Les notifications d’acceptation seront communiquées fin mars 2023. Les langues de travail de cette rencontre seront le français et l’anglais.

Comité scientifique

  • BOISSERIE Étienne (CREE/Inalco)
  • COOPER-RICHET Diana (CHCSC/Université Paris-Saclay)
  • DMYTRYCHYN Iryna (CREE/Inalco)
  • GUICHARD Benjamin (BULAC)
  • HNILICA Jiří (Centre tchèque de Paris)
  • KOLAKOVIC Alexandra (Institut d’Études politiques, Belgrade)
  • MADELAIN Anne (CREE/Inalco)
  • MARES Antoine (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/UMR SIRICE)
  • MAYER Françoise (I.T.I.C, Université Paul Valéry - Montpellier III)
  • PITSOS Nicolas (BULAC, CREE/Inalco)
  • SERVANT Catherine (CREE/Inalco)
  • VRINAT Marie (CREE/Inalco)

Lieu Maison de la Recherche de l’Inalco - 2, rue de Lille - Paris, France (75007)

Les autres 68
2 mai 2018 > 15 juin 2018

En 2018, la BULAC s’inscrit dans le calendrier de commémoration du cinquantenaire de Mai 68, choisissant de porter un éclairage sur la dimension internationale de cette année historique à travers une exposition « Les autres 68 en Europe » et une sélection...

1989, le retour de l’Histoire
7 octobre 2019 > 9 novembre 2019

Révolution de velours en Tchécoslovaquie, révolution de décembre en Roumanie, mouvement de Solidarność en Pologne, question du Kosovo, conflit au Nagorny-Karabakh... 30 ans après la chute du mur de Berlin, revivez le théâtre des événements qui se sont déroulés dans l’Est...

Circulations savantes entre la France et l’Europe médiane à l’ère numérique. Revues, plurilinguisme, traduction
18 septembre 2020 – 17:00 > 19:30

Table ronde organisée par l'équipe de recherche CREE (Inalco), le GDR Connaissance de l'Europe médiane et la BULAC.

Nos intervenants

Catherine Servant

Professeur des universités et responsable des études tchèques à l'Inalco

Nicolas Pitsos
Nicolas Pitsos

Chargé des collections du domaine grec de la BULAC depuis 2017, chef de l'équipe EBCO (Europe balkanique, centrale et orientale) de 2017 à 2020.

Docteur en histoire, qualifié aux fonctions de maîtres de conférences en histoire moderne et contemporaine et en études grecques, Nicolas Pitsos est chargé de cours d'histoire à l'Institut catholique de Paris (ICP) et à l'Institut catholique d'études supérieures (ICES) où il enseigne l'histoire de l'Europe du Sud-Est. Nicolas Pitsos est chercheur associé au Centre de recherches Europes-Eurasie (CREE, Inalco) et au Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Spécialisé dans l'histoire de la presse, il est membre du réseau Transfopress.