Une passion andine : le don Jacqueline Yaquicha Weller

Exposition, du 10 mai au 25 juin 2021

Rez-de-jardin, accès sur réservation

En cette année de bicentenaire de l'indépendance du Pérou, la BULAC met en avant le don reçu de Jacqueline Weller, enseignante de quechua à l'Inalco de 1971 à 1993 et décédée en 2012. Riche de plus de 1 000 documents de sa bibliothèque personnelle collectés au long de sa carrière, cet ensemble documentaire exceptionnel reflète la production éditoriale du Pérou et des pays andins, des années 1930 aux années 2000. L'exposition a été conçue en collaboration avec César Itier, enseignant de quechua à l’Inalco.

Le don Jacqueline Weller offre une large place à la langue quechua et au Pérou, où la chercheuse a séjourné et travaillé. Caractérisé par une prépondérance de la littérature et de la linguistique, il ouvre bien d'autres portes d'entrées sur l'histoire et la culture andine et d'autres langues autochtones du continent. La collection Weller reflète particulièrement les mutations sociales, politiques et culturelles des décennies 1960 et 1970 au Pérou et en Amérique latine, en particulier le mouvement de luttes et de renouveau d'intérêt pour les langues et cultures autochtones.

L'exposition livre un aperçu de la richesse du don Jacqueline Weller à travers quelques documents rares et particulièrement intéressants pour la connaissance des Andes au XXe siècle.

Brochures d’alphabétisation, grammaires et dictionnaires donnent à découvrir la richesse et la vitalité de la langue quechua.

L'exposition met à l'honneur les figures de José Maria Arguedas (1911-1969) et d’Andrés Alencastre Gutiérrez (1909-1984), un poète de Cuzco qui écrivait sous le nom de Kilku Warak'a.

L'exposition propose également un focus sur plusieurs titres de revues scientifiques et culturelles péruviennes publiées à Cuzco et à Lima dans les années 1930 à 1970.

 

Retrouvez prochainement la version numérique de l'exposition sur le Carreau de la BULAC !

 

Planifiez votre visite !

La réservation en ligne d'un créneau est nécessaire pour pouvoir accéder à l'exposition. Cliquez sur ce lien pour remplir le formulaire.
En réservant une place de travail, vous pouvez visiter librement l'exposition.
[En savoir plus sur les modalités d'accueil temporaires de la BULAC]

 

 

Autour de l'exposition...

À l'entrée de la BULAC

Du 10 au 20 mai, retrouvez une sélection d'ouvrages disponibles au prêt en lien avec l'exposition.

Un an après la disparition de Gerald Taylor, premier véritable philologue de la langue quechua, cette bibliographie met à l'honneur les publications de ce grand américaniste. [Lire l'hommage de la Société des Américanistes]

L'exposition donne un coup de projecteur sur le domaine Amérique et Groenland. Celui-ci couvre une dizaine de langues dont l’inuktitut (Nunavik et Nunavut, en Arctique oriental canadien), le nahuatl (Mexique central), le maya (sud du Mexique, Guatemala, Bélize), le quechua (régions andines allant du sud de la Colombie au nord-ouest de l’Argentine, en passant par l’Équateur, le Pérou et la Bolivie), et le guarani (Paraguay, Brésil, Argentine), enseignées à l’Inalco. [En savoir plus]

 

 

VivAmericas ! Du Grand Nord à la Terre de Feu

En 2019, « Année internationale des langues autochtones », la BULAC présentait une exposition sur le patrimoine autochtone des Amériques.

 

 

 

 

 

Rejoignez-nous

Facebook  
 
Twitter  
 
Instagram  

Le Carreau de la BULAC, carnet de recherches sur hypotheses.org

La Croisée de la BULAC, carnet de veille sur hypotheses.org

Pour citer cette page : 🔗 www.bulac.fr/?id=4291