À Vous de Lire 2010

En écho à la première édition de « À Vous de Lire » qui se déroule du 27 au 30 mai, les professionnels de la BULAC ont sélectionné pour vous une liste de livres présents dans les collections de la bibliothèque propre à rimer avec plaisir de la lecture.

Ladan Taheri, chef du service Afrique, Moyen-Orient, Maghreb, Asie centrale, vous propose de partager les moments de lecture marquants que lui ont procurés des écrivains aussi prestigieux et cosmopolites que : Naguib Mahfouz, l’unique prix Nobel de littérature de langue arabe ; l’éminent essayiste libanais et ex-ministre des Finances Georges Corm ; Sabahattin Ali, un des grands romanciers turcs contemporains, également nouvelliste et poète ; le fameux nouvelliste persan Houshang Golshiri ainsi que Yosef Hayim Yerushalmi, l’historien de renommée internationale, spécialiste d’histoire juive médiévale et moderne. 

Nous vous rappelons que l’ensemble des collections seront accessibles aux différents publics de la BULAC, dès la rentrée 2011, rue des Grands-Moulins (Paris XIIIe). Bonne lecture à tous…

Dossier coordonné et édité par Clotilde Monteiro

Youssouf le taciturne (Kuyucaklı Yusuf) de Sabahattin Ali

Sabahattin Ali est un des auteurs de la période républicaine turque. Youssouf le taciturne appartient selon le metteur en scène Christophe Feutrier* à ces « œuvres littéraires […] qui placent l’homme au centre de l'univers et en contradiction avec celui-ci, dans une lutte d’égal à égal », telles que celle d'Eugène Ionesco ou d'Albert Cossery. Dans ce roman romantique, populaire et social, la vie de Youssouf qui nous est racontée ici par le menu, donne à voir un homme ressemblant aux personnages d’Honoré de Balzac mais également, aussi contradictoire que cela puisse paraître, au personnage de Meursault d’Albert Camus. Dans un village anatolien de l’Empire ottoman en déclin, Youssouf est recueilli par une famille et va tomber éperdument amoureux de la fille de ses parents « d’adoption ». Ce personnage, aussi déterminé que résigné, amoureux qu’indifférent est animé par des sentiments contradictoires et va suivre son destin d’orphelin dans une solitude inéluctable.

Extrait : En voyant Ihsan s’éloigner, Youssouf eut l’impression que s’éloignaient avec lui non seulement ses souvenirs d’enfance mais aussi tout ce qui le rattachait à Edremit. Il se trouvait à présent totalement étranger à cette ville. Poussant plus loin sa réflexion, il se dit qu’il n’y avait pas un seul endroit au monde auquel il se sentait lié et un violent sentiment de colère monta en lui. Il en voulait terriblement à cet univers hostile qui lui imposait toutes sortes d’entraves et l’empêchait d’agir à sa guise. (...)

Dans le catalogue de la BULAC

* Source : théâtre-contemporain.net

Shazdeh Ehtedjab (Le Prince Ehtejab = شازده احتجاب) de Houshang Golshiri

L’atmosphère du Prince Ehtejab de Houshang Golshiri, auteur influencé dans son style par William Faulkner, est fortement imprégnée de mélancolie. Shazdeh Ehtejab, l'un des derniers héritiers de la famille royale Qajar, atteint de tuberculose, est mourant. Il passe ses derniers jours seul dans les magnifiques appartements de son palais d'hiver où il se remémore les jours de gloire et de décadence progressive vécus par ses ancêtres. Shazdeh Ehtejab revoit notamment les terribles scènes de l’assassinat de sa mère et de son frère perpétré par son propre grand-père ainsi que celui de son épouse qu’il aime encore comme un fou. L'histoire de la décadence de l'aristocratie iranienne au 19e siècle avant la chute de la dynastie Qajar est le fil rouge de cette longue nouvelle. En balayant les grandes étapes de ce déclin, l’auteur illustre de manière allégorique les raisons qui font que, selon lui, la monarchie serait inappropriée en Iran. Golshiri décrit avec un talent sans conteste l’intériorité de ses personnages et autopsie avec maestria la société iranienne de l’époque Pahlavi.

Extrait : Mais ce soir là, le Prince Ehtejab n’était pas dans les mêmes dispositions que les autres soirs. Il était immobile, comme son fauteuil. Seulement quand la toux agitait ses épaules, il pressait ses mains contre son front brûlant pour mieux en sentir les veines, oublier plus facilement les regards réprobateurs de ses grands parents, des ses tantes et même de Fakhronessa. Il comprenait qu’il s’agissait une nouvelle fois de cette fièvre encestrale qui s’emparait de lui. (...)

Dans le catalogue de la BULAC

Le Proche Orient éclaté de Georges Corm

Le Proche Orient éclaté de Georges Corm est un ouvrage incontournable. Il décrit magistralement les drames qui se sont joués au Proche-Orient à partir des années 1950. L’auteur s’est employé à écarter, en s’appuyant sur des données historiques solides, les représentations simplistes véhiculées de longue date sur la situation politique dans cette partie du monde. Une des premières qualités de ce livre réside certainement dans sa structure même. La pensée y est hiérarchisée de manière telle qu’elle permet au lecteur d’avoir à l’issue de sa lecture une vision plus claire des tenants et des aboutissants à l’œuvre dans cette région. Le plan situé en fin d’ouvrage ainsi que les notes de bas de page qui participent de cette limpidité en font un ouvrage complet et indispensable. Ses rééditions successives depuis 1984 sont venues confirmer la pertinence du travail de Georges Corm ; bien que publié il y a une quinzaine d’années, Le Proche Orient éclaté reste, en effet, toujours d’actualité.

Dans le catalogue de la BULAC

Passage des miracles (زقاق المد ق = Zuqaq al-midaqq) de Naguib Mahfouz

L’antagonisme entre tragédie et comédie, tradition et modernité est le thème central de Passage des miracles. Rien d’étonnant puisque Naguib Mahfouz, souvent surnommé « le Zola du Nil », se qualifiait lui-même de « fils de deux civilisations, l'une pharaonique et l'autre islamique ». Le roman écrit en1946 met en scène la vie cairote, avant le coup d’État de 1952 en Égypte, au sein d’une société déchirée entre son passé et le présent, les règles et les interdits. Le monde que nous dépeint Naguib Mahfouz est celui de marginaux qui évoluent dans un univers paradoxal où cruauté et solidarité s’entremêlent. Les allers et venues des habitants de l’impasse du Mortier vers l’extérieur fondent l’intrigue du récit. Tenus à l’écart des mouvements du monde, les destins « insignifiants » de ces personnages hauts en couleurs tissent la toile de la vie quotidienne qui anime ce quartier populaire. Ce roman composé de simples tableaux juxtaposés possède une dimension universelle indéniable. L’histoire qui se dessine dans l’impasse du Mortier pourrait être celle de n’importe quel autre quartier ailleurs dans le monde. Passage des miracles est un des textes incontournables du patrimoine littéraire mondial dont l’auteur demeure à ce jour l’unique écrivain de langue arabe à avoir reçu le prestigieux prix Nobel de littérature.

Extrait : Elle avait toujours eu quelque tendance à l’avarice et était une très ancienne cliente de la caisse d’épargne. Sa nouvelle passion était venue confirmer cette tendance ancienne : elle la renforçait en même temps qu’elle se nourrissait d’elle. Elle conservait ses billets de banque neufs dans une petite cassette d’ivoire qu’elle cachait au fonds de son armoire. Elle se faisait des liasses de cinq et de dix et se divertissait à les contempler, à les compter et à les recompter, à les ranger. Ces pièces ayant le grand avantage d’être muettes et de ne pas faire de bruit comme les pièce métalliques. (...)

Dans le catalogue de la BULAC

Zakhor (Souviens-toi = זאהר) de Yossef Hayim Yerushalmi

Souviens-toi est une des plus grande contribution de Yerushalmi à l’histoire de la mémoire juive. Ce petit volume décrit avec une grande érudition la vaste période historique que représente le domaine des études juives. Dans cet essai, Yerushalmi analyse les pratiques rituelles et les textes que les juifs utilisaient dès les temps bibliques pour transmettre la mémoire collective, de même qu’il s’interroge sur la place et le rôle de l’histoire dans ce processus. Selon Yossef Hayim Yerushalmi, la mémoire collective qui s'inscrit dans des cadres sociaux serait le reflet d’une réalité sociale sciemment entretenue par les individus et leurs institutions.

Dans le catalogue de la BULAC

Histoire du Moyen-Orient : De l'Antiquité à nos jours de Georges Corm

Cette Histoire du Moyen-Orient dépeint la complexité du contexte historique au Moyen-Orient, une région ouverte sur trois continents. Georges Corm a choisi de mettre l’accent sur les « socles géographiques » sur lesquels ont été bâtis les anciens empires de cette région : le socle anatolien, le socle iranien et mésopotamien et le socle égyptien. Cette approche consciencieusement ordonnée et articulée, comme toujours chez l’auteur, permet de se défaire de tous les amalgames récurrents. L’auteur nous donne à voir à quel point les peuples iranien, turc et arabe, bien que possédant des langues bien distinctes, ont été depuis de nombreux siècles et demeurent en interaction permanente dans cette région à la géopolitique très complexe. L’ouvrage représente une source d’informations d’une grande richesse ainsi qu’une remarquable synthèse qui propose un certain nombre de clés pour mieux appréhender une région en perpétuel changement.

Dans le catalogue de la BULAC

 

Une sélection proposée par Ladan Taheri, chef du service Afrique, Moyen-Orient, Maghreb, Asie centrale

 
Pour citer cette page : 🔗 www.bulac.fr/?id=449