Éditer en albanais dans un contexte allophone

Séminaire Réseau transnational pour l’étude de la presse en langues étrangères (Transfopress)

Le 18 juin 2019, 18h30-20h30

Rez-de-jardin, salle RJ.24

Entrée libre

Dans le sillage de la table ronde sur la presse grécophone tenue en juin 2018, cette rencontre s’inscrit dans un cycle de séminaires co-organisés avec le réseau Transfopress, réunissant des chercheurs et des bibliothécaires autour de l’écriture de l’histoire de la presse et de l’édition allophone.

Cette séance se consacre à un objet d'étude singulier, la presse et l’édition en albanais dans des pays où l’albanais ne fut ni considéré ni établi comme langue officielle. À la croisée d’initiatives individuelles et d’expériences collectives, ce phénomène renvoie à la création de communautés albanophones au fil du temps et à travers l’espace, au gré des migrations façonnant les destins.

Réunissant Ardian-Christian Kyçyku (Université roumaine des sciences et arts « Gheorghe Cristea »), Évelyne Noygues (Inalco), Nicolas Pitsos (BULAC) et Irena Rambi (BULAC), cette rencontre animée par Isabelle Richet (université Paris Diderot) sera l'occasion de retracer la présence de ces publications dans les collections de la BULAC, d'esquisser les contextes géo-historiques dans lesquelles elles ont vu le jour et d’évoquer les trajectoires des personnes qui les ont initiées.

En savoir plus

Le réseau international de chercheurs Transfopress se fixe pour objet la promotion d’un objet patrimonial matériel totalement délaissé, tant en France que dans quasiment tous les autres pays du monde : la presse publiée dans des langues autres que la ou les langues nationales.

Le domaine albanais de la BULAC compte plus de 1 500 ouvrages et une dizaine de revues. Il inclut un certain nombre de documents rares. Les ouvrages en langue albanaise représentent environ 70 % de ce domaine. La littérature, l’histoire et la linguistique en sont les disciplines-phares.

Qilima shqiptare‎ (Tapis albanais‎), Tirana, [s.d.]. Collections de la BULAC.
 

Les intervenants

Évelyne Noygues a complété sa formation universitaire initiale par un master 2 à l'Inalco en études européennes, au cours duquel elle a centré ses recherches sur le parcours d'un patriote albanais méconnu, Jashar Sadik Erebara (1875-1953). Elle a été lauréate en 2013 du second prix du concours « Nouvelle d'Europe » de la revue New Eastern Europe. Ses centres d'intérêt touchent à la culture, l'histoire, la littérature et la langue albanaises. Depuis une dizaine d'années, elle s'est tournée vers la traduction littéraire. En 2018, elle a été finaliste du prix Révélation de traduction de la Société des gens de lettres.

Ardian Kyçyku, également connu sous les pseudonymes littéraires Ardian-Christian Kyçyku / Kuciuk, est un écrivain et universitaire d’expressions albanaise et roumaine. Auteur de plus de 50 ouvrages (romans, prose courte, théâtre, scénarios, études scientifiques, essais, films de court métrage, anthologies, traductions), il enseigne à l’Université roumaine des sciences et arts « Gheorghe Cristea ». Depuis 1998, il est co-fondateur et co-directeur de la revue Haemus. Membre fondateur de l'Association culturelle albanaise Haemus et de l'Institut Haemus - Études balkaniques, il a reçu de nombreux prix.

Nicolas Pitsos est historien, spécialisé dans l’histoire socioculturelle de la presse. Chercheur associé au Centre de Recherches Europes-Eurasie (Inalco, CREE) et enseignant de l’histoire de l’Europe du Sud-Est à l’université de la Roche-sur-Yon, il est également membre du réseau Transfopress (Réseau transnational pour l’étude de la presse allophone). Il est coordinateur de l’équipe Europe balkanique, centrale et orientale de la BULAC.

Irena Rambi est interprète de conférence en français/albanais pour les institutions françaises et européennes depuis plus de vingt-cinq ans. Elle est également enseignante de FLE à l’université Paris-Est Créteil et à l'université Paris Diderot. Elle a réalisé quelques traductions littéraires du français en albanais et de l’albanais en français. Depuis janvier 2018, elle est chargée de collections pour le domaine albanais de la BULAC.

Isabelle Richet est professeure des universités à l’université Paris Diderot. Elle est co-fondatrice du réseau Transfopress (Réseau transnational pour l’étude de la presse allophone).

 


Rejoignez-nous


Le Carreau de la BULAC, carnet de recherches sur hypotheses.org

La Croisée de la BULAC, carnet de veille sur hypotheses.org

Pour citer cette page : 🔗 www.bulac.fr/?id=3259