http://www.bulac.fr/node/2489

Dans l’objectif d’Henry Viollet. Les monuments islamiques à travers un fonds d’archives inexploré (1904-1913) - exposition

Organisateur(s) :BULAC

Henry Viollet (1880-1955) a été une figure pionnière des études sur le patrimoine bâti islamique. Découvrez une partie de la riche documentation qu'il a rassemblée au cours de ses missions au Moyen-Orient (1904-1913) : photographies, carnets de voyages, notes archéologiques, travaux préparatoires...

Dans l’objectif d’Henry Viollet. Les monuments islamiques à travers un fonds d’archives inexploré (1904-1913) - exposition

Voyage 1910. Château d'el-Ashik, en face de Samarra sur le TigreFonds Henry Viollet. Droits réservés. HV.363.

Quand : 20 juin 2022 > 30 juillet 2022 Où : BULAC, Rez-de-jardin

Commissariat

Martina Massullo, chercheuse en résidence (Centre de recherche sur le monde iranien, CeRMI – UMR 8041) et Farzaneh Zareie, chargée de collections pour le domaine persan (CNRS, CeRMI / BULAC). Avec la collaboration de Sandra Aube, chargée de recherche au CNRS (CNRS, CeRMI – UMR 8041) et Marine Fromanger, experte en instruments et documents scientifiques d’Occident et d’Iran (Compagnie Nationale des Experts).

Cette exposition est réalisée dans le cadre de la résidence de recherche « EpiPOM - Épigraphie du Proche-Orient médiéval. Le patrimoine architectural en pays d’Islam dans le fonds iconographique Henry Viollet », soutenue par le GIS CollEx-Persée (septembre 2021 - août 2022).

Bande-annonce et visite guidée

Présentation de l'exposition

Passionné d’architecture des premiers siècles de l’Islam, l’architecte Henry Viollet (1880-1955) est mandaté par le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts pour conduire plusieurs missions en Irak et en Iran. Il sillonne l’Orient pendant neuf ans (1904-1913), ses expéditions le conduisant de l’Égypte à l’Ouzbékistan actuels. Il rapporte de ses voyages un nombre important de photographies, de notes et de croquis. Cette riche documentation témoigne de ses découvertes archéologiques pionnières et de son parcours, inédit pour l’époque, autour des monuments les plus significatifs du patrimoine bâti islamique qu’il cherchait à documenter avec minutie pour retracer « les origines de l’art musulman ».

Parmi cette imposante iconothèque se distinguent des prises de vue ou des relevés particulièrement anciens d’édifices aujourd’hui disparus, complètement transformés ou difficiles d’accès. Outre l’architecture, des scènes de vie montrent aussi l’intérêt historique et ethnologique que ces lieux et leurs habitants exerçaient sur le jeune architecte, accompagné dans ses voyages par sa femme, Madeleine. En retraçant leur chemin d’Alep à Baghdad, et au-delà jusqu’à Ispahan et Samarcande, ces documents montrent tout l’enchantement, mais aussi la complexité et les péripéties d’une telle entreprise.

L’exposition se déploie autour du noyau constitué par les images de ces expéditions réalisées au tournant du XXe siècle : des tirages au gélatino-bromure d'argent originaux, des carnets de croquis et des relevés d’architecture, mais aussi des journaux de route manuscrits, dont les thèmes sont remis en contexte scientifique et patrimonial. La Première Guerre mondiale interrompt à jamais les activités de Viollet sur le terrain. Cependant, il se consacre à la publication de quelques résultats préliminaires de ses recherches. Des travaux préparatoires liés à ces publications sont également exposés. L’enjeu est de montrer l’ampleur et la richesse d’un fonds protéiforme, aujourd’hui déposé à la BULAC, qui a encore beaucoup à révéler.

Boîte de photos d'Henry Viollet - Soudan

Boîte de photos d'Henry Viollet - Soudan. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Fonds Henry Viollet

Plaques de verre. Fonds Henry Viollet (Grégoire Maisonneuve / BULAC).

Chronologie

Henry Viollet

Portrait photographique de Henry Viollet. Fonds Jean De Menasce

 

  • Henri Marie Victor Viollet (Henry Viollet) est né à Paris le 13 février 1880 et décédé à Châtillon-sur-Seine le 3 juin 1955.
  • 1901 : inscription à l’École des Beaux-Arts de la ville de Paris
  • 1904 : premier voyage vers le Moyen-Orient
  • 2 novembre 1904 - 26 mars 1905 : voyage en Égypte et au Soudan
  • 28 décembre 1911 : diplômé de l’École des Beaux-Arts, section architecture
  • Août 1906 - septembre 1907 : première mission officielle en Mésopotamie
  • Octobre 1907 - décembre 1908 : deuxième mission officielle en Mésopotamie accompagné de sa femme Madeleine Besnard
  • Février - décembre 1910 : troisième mission officielle en Mésopotamie accompagné de sa femme et de André Godard
  • 1910-1913 : architecte en chef des services d’architecture et de voirie de Bagdad [en alternance avec André Godard]
  • 27 décembre 1911 – 23 avril 1912 : première mission officielle en Perse, rattaché à la Délégation scientifique française dirigée par Jacques de Morgan. H. Viollet voyage avec Jean de Moustier 
  • 19 mai – 28 décembre 1913 : deuxième mission en Perse, accompagné de sa femme
  • 1920 : nommé architecte en chef des Régions libérées dans l’Oise
  • 7 mai 1921 : croix de guerre 14-18, chevalier de la Légion d'honneur 
  • 1937 : chargé du projet de construction du Pavillon de l'Iran à l'Exposition internationale de Paris [le projet ne sera pas réalisé]
  • 1950 : nommé architecte en chef de la Côte d’Or
Itinéraire de voyage de M. H. Viollet

Itinéraire de voyage de M. H. Viollet. Fonds Henry Viollet. Droits réservés CeRMI/BULAC

Visite guidée de l'exposition « Dans l'objectif d'Henry Viollet »

Visite guidée de l'exposition Dans l'objectif d'Henry Viollet, le 24 juin 2022 (Maxime Ruscio / BULAC).

Visite guidée de l'exposition « Dans l'objectif d'Henry Viollet »

Visite guidée de l'exposition Dans l'objectif d'Henry Viollet, le 24 juin 2022 (Maxime Ruscio / BULAC).

Exploration en Égypte et au Soudan

novembre 1904 - mars 1905

Pour sa première expédition, Viollet visite rapidement l’Égypte puis se rend à Khartoum, au Soudan. Au cours de ce voyage, il effectue environ 200 clichés photographiques, pour la plupart des portraits de la population. Il réalise également des dessins aquarellés de paysages qu’il observe sur son chemin. Les photographies de cette série sont parfois annotées de sa main.

Carnet de croquis d'Henry Viollet

Carnet de croquis d'Henry Viollet. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Carnet de croquis d'Henry Viollet

Carnet de croquis d'Henry Viollet. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

​Journal de route : voyage en Égypte

Journal de route : voyage en Égypte. 22 novembre 1904-26 mars 1905. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

​ Journal de route : voyage en Égypte

Journal de route : voyage en Égypte. 22 novembre 1904-26 mars 1905. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Portraits de personnages

Portraits de personnages, Turstig (Agence de photo). Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Carte postale, femme soudanaise

Carte postale avec notes manuscrites d'Henry Viollet : « femme soudanaise employée aux travaux de construction, Khartoum 1904 ». Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Première mission en Mésopotamie : d’Alep à Bagdad à cheval

août 1906 - septembre 1907

Le 28 juillet 1906, Viollet part de Marseille en bateau. De Beyrouth, il prend le train qui le conduit vers Damas, puis demeure quelques jours à Alep afin de former sa caravane pour Bagdad. Son projet est de rejoindre cette ville en longeant l’Euphrate à cheval en 28 jours. Ce long chemin est marqué par la visite de différentes villes : Maskanah, Raqqa, Mayadine et ensuite Anah, al-Haditha, Hit, al-Ramadi et al-Fallujah.

Cette première mission officielle de Viollet a pour but d’effectuer des recherches archéologiques sur les monuments de l’époque abbasside (750-1258), mais Viollet concentre plutôt son attention sur la ville de Bagdad. Tout au long du voyage, il prend des photographies qu’il développe sur place, grâce à un équipement qu’il a emporté avec lui. À son retour à Paris, il rédige un article publié en octobre 1907 dans Le Monde illustré.

Le voyage d’Alep à Bagdad, la ville des khalifes, la reine de l’Orient, sans offrir des grosses difficultés reste encore assez aventureux.

Henry Viollet

Madeleine Viollet et André Godard en route pour Bagdad

Madeleine Viollet et André Godard en route pour Bagdad, 1910. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Henry Viollet et son campement au bord de l’Euphrate

Henry Viollet et son campement au bord de l’Euphrate. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Les charmes du désert-D'Alep à Bagdad à cheval - extrait du Monde illustré

Les charmes du désert-D'Alep à Bagdad à cheval. Extrait du Monde illustré rédigé par H. Viollet, 1907. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

 

Tombeau d’Imam Dor

Tombeau d’Imam Dor, photographie et croquis. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Chef-d'œuvre de l’architecture islamique médiévale, visité par H. Viollet pendant son deuxième voyage en Irak. Ce mausolée, construit au XIe siècle, était couvert par un tambour octogonal sur lequel s'élevait un dôme à muqarnas en stuc. Ce procédé de couverture est l'un des premiers de ce type que l’on rencontre en Irak.

L’édifice a été détruit par l’État islamique en octobre 2014.

Samarra, une découverte majeure

octobre 1907 - décembre 1908 ; février - décembre 1910

Accompagné de sa femme Madeleine, Viollet se rend sur le site de Samarra, ancienne capitale du califat des Abbassides, une première fois en 1908, puis en 1910. Il se consacre à l’étude de la mosquée d’Abu Doulaf édifiée par le calife al-Mutawakkil en 860 et aux ruines du palais de Dar al-Khilafa situé sur la rive gauche du Tigre. Secondé par André Godard, il conduit les premières fouilles du site archéologique et recueille plusieurs fragments de décoration architecturale en marbre et stuc. Un journal de fouilles décrit cette courte mais importante campagne archéologique. À son retour en France, en 1911, Viollet publie les résultats préliminaires de ces recherches.

Fouilles à Samara en Mésopotamie

Fouilles à Samara en Mésopotamie, un palais musulman du IXe siècle, par M.H. Viollet..., Paris, C. Klincksieck/Imprimerie nationale, 1911. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Fouilles à Samara en Mésopotamie

Fouilles à Samara en Mésopotamie, un palais musulman du IXe siècle, par M.H. Viollet..., Paris, C. Klincksieck/Imprimerie nationale, 1911. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Fouilles du Château d’El Aschick – décor en stuc

Fouilles du Château d’El Aschick – décor en stuc. Cyanotype et croquis. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Planche avec annotation de H. Viollet destinée à la publication dans les Mémoires des Savants Étrangers : « lambris décoratif trouvé en place sur le mur qu’il décorait - plâtre - fouille Y et fouille 5 (photo et restitution) ».

Fouilles du Château d’El Aschick – décor en stuc

Fouilles du Château d’El Aschick – décor en stuc. Cyanotype et croquis. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Planche avec annotation de H. Viollet destinée à la publication dans les Mémoires des Savants Étrangers : « Frise décorative des 3 arcs et des ivans latéraux - plâtre -  (photo et restitution) ».

De Bagdad je fis, en mars 1908, un premier voyage à Mossoul en passant par Samara, Aboudalaf, Tekrit, Dor. Puis je retournais quelques mois après à Samara où je séjournais alors quelques temps, campé au milieu des ruines.

Henry Viollet

Mashhad Maqām ‘Ali

Mashhad Maqām ‘AliRestes de la mosquée et détails du mihrab. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Planche de 4 photos annotée par H. Viollet, destinée à la publication “Le palais d’Al-Mutasim, fils d’Harun al-Rashid, à Samara et quelques monuments arabes peu connus”, Comptes-rendus des Séances des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1909, pp. 370-75.

 

Ruines du « Château d’El Aschick » (Kasr al-'Ashiq), près de Samarra

Ruines du « Château d’El Aschick » (Kasr al-'Ashiq), près de Samarr. Face est et sud du palais. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Les missions en Perse : une archéologie du disparu

décembre 1911 – avril 1912 ; mai – décembre 1913

Fraîchement diplômé de l'École des Beaux-Arts, Henry Viollet parcourt une grande partie de la Perse accompagné du comte Jean de Moustier. Un an plus tard, il retourne dans le pays accompagné de sa femme et dessine un itinéraire comprenant environ une centaine d’étapes, dont un grand nombre de villages aujourd’hui disparus. La route est effectuée en caravane ou en voiture hippomobile. Il s’intéresse aux sites situés près de la mer Caspienne, au nord du Khorasan et à la frontière afghane et étudie les monuments qu’il rencontre tout au long de son parcours, jusqu’alors très peu explorés. Il effectue 932 clichés. Parmi les édifices disparus documentés figurent la citadelle d’Ispahan (Kal-eTabarak, 1037), la mosquée de Kashan (1074) avec son remarquable mihrab en stuc, ou la célèbre mosquée de Khargird datant du XIe siècle. C’est pendant la première de ces deux missions que Henry Viollet dévoile l’une des mosquées les plus anciennes d’Iran, la mosquée de Nā’in (960), découverte majeure dans l’histoire de l’archéologie monumentale en Perse.

Journal des dépenses de la mission en Perse de mars à décembre 1913

Journal des dépenses de la mission en Perse de mars à décembre 1913. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Chèque établi par The Imperial Bank of Persia à l'ordre de H. Viollet

Chèque établi par The Imperial Bank of Persia à l'ordre de H. Viollet. Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

Me voilà de nouveau reparti vers de nouvelles régions inconnues, et dans des conditions nouvelles pour moi. Après le voyage seul, les délicieux voyages avec ma femme, puis le voyage à trois, et enfin cette fois le voyage avec un étranger.

Henry Viollet

Nā’in, Masjid-e Djām’e

Nā’in, Masjid-e Djām’e (350H/960-1). Tirage papier, 1912. Vue de l’intérieur (piliers avec décoration en stuc et minbar). Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

En 1911 H. Viollet découvre la mosquée de Nā’in (960), l’une des mosquées les plus anciennes d’Iran. La mosquée n’avait jamais été photographiée auparavant. Max van Berchem, puis Samuel Flury déchiffrent une partie des inscriptions en écriture coufique relevées par H. Viollet. En 1921, H. Viollet et S. Flury publient pour la première fois ce monument.

Nā’in, Masjid-e Djām’e

Nā’in, Masjid-e Djām’e (350H/960-1). Tirage papier, 1912. Vue de l’intérieur (piliers avec décoration en stuc et minbar). Fonds Henry Viollet. Droits réservés.

En 1911 H. Viollet découvre la mosquée de Nā’in (960), l’une des mosquées les plus anciennes d’Iran. La mosquée n’avait jamais été photographiée auparavant. Max van Berchem, puis Samuel Flury déchiffrent une partie des inscriptions en écriture coufique relevées par H. Viollet. En 1921, H. Viollet et S. Flury publient pour la première fois ce monument.

Les numérisations des négatifs sur plaques de verre du fonds Henry Viollet sont disponibles sur la BiNA et sur Internet Archive.

Sélection bibliographique

En parallèle de l'exposition, découvrez, à partir d'une sélection d'ouvrages disponibles au prêt, le riche patrimoine architectural en pays d'Islam, ainsi que les points de convergences et d'échanges entre les civilisations ayant contribué à l'essor de l'art islamique.

Voir tous les résultats
Sélection bibliographique Patrimoine architectural en pays d'Islam

Sélection bibliographique Patrimoine architectural en pays d'Islam (Maxime Ruscio / BULAC).

Sélection bibliographique Patrimoine architectural en pays d'Islam

Sélection bibliographique Patrimoine architectural en pays d'Islam (Maxime Ruscio / BULAC).

Journée d'étude, les 23 et 24 juin 2022

En parallèle de l'exposition, cette journée d'étude internationale rassemblera des spécialistes de l’archéologie et de l’histoire de l’art islamiques.

Cette manifestation bénéficie du soutien du CNRS – Centre de recherche sur le monde iranien (CeRMI, UMR 8041), du musée du Louvre – département des arts de l’Islam, des directions de la recherche et de la valorisation de l’Inalco et de l’université Sorbonne-Nouvelle et de l'Institut français de recherche en Iran (IFRI).

Portrait de Martina Massullo

Le patrimoine architectural en pays d’Islam dans le fonds iconographique Henry Viollet


De septembre 2021 à août 2022, la BULAC accueille en résidence Martina Massullo, chercheuse post-doctorante invitée (CeRMI – UMR 8041) dans le cadre du projet EpiPOM – Épigraphie du Proche-Orient médiéval...

Dans l'objectif d'Henry Viollet. Les monuments islamiques à travers un fonds d’archives inexploré (1904-1913) - journée d'étude
23 juin 2022 > 24 juin 2022

En parallèle de l'exposition présentée du 20 juin au 30 juillet, cette journée d'étude internationale rassemblera des spécialistes de l’archéologie et de l’histoire de l’art islamiques.

Recueil de poèmes Divan-i Hafiz

Le domaine persan s’étend sur un espace situé entre le Moyen-Orient et l'Asie centrale et couvre l'Iran, l'Afghanistan, le Tadjikistan, ainsi que le Kurdistan, l’Azerbaïdjan du Sud et le Baloutchistan. Il concerne quatre langues : le persan, le kurde, le...

aria Szuppe et Bernard Hourcade

À travers cet entretien, Maria Szuppe retrace notamment l'histoire du Centre de recherche sur le monde iranien (CeRMI), une UMR du CNRS, qu'elle dirige depuis janvier 2020. Elle revient sur ses principaux jalons, à partir de la création...

Nos intervenants

Martina Massullo
Portrait de Martina Massullo (Maxime Ruscio / BULAC)

Chercheuse post-doctorante associée au Centre de recherches sur le monde iranien (CeRMI – UMR 8041), en charge du programme CollEx « Étude et valorisation du fonds iconographique Henry Viollet »

Farzaneh Zareie
Farzaneh Zareie

Chargée de collections pour le domaine persan. Farzaneh Zareie est ingénieur de recherche au CNRS (CeRMI – UMR 8041).

Sandra Aube
Sandra Aube

Chargée de recherche au CNRS (CeRMIUMR 8041)

Marine Fromanger
Marine Fromanger

Experte en instruments et documents scientifiques d’Occident et d’Iran (Compagnie Nationale des Experts)