Domaine de l’ancienne Yougoslavie

Le domaine de l’ancienne Yougoslavie inclut la Bosnie Herzégovine, la Croatie, la Macédoine, le Monténégro, la Serbie, la Slovénie ainsi que le Kosovo.

Pripovedne slovenske narodne pesmi‎, Pavel Flerè, Ljubljana 1924, collections de la BULAC.

Ce fonds compte aujourd’hui plus de 20 000 ouvrages et une quarantaine de revues. Il provient des collections de la Bibliothèque universitaire des langues orientales (BIULO) et de la bibliothèque du Centre d’études slaves (CES). Les documents sont en alphabet latin (bosniaque, croate, serbe, slovène, monténégrin) et en cyrillique (serbe, macédonien, monténégrin).

En magasin, les ouvrages de ce domaine géolinguistique publiés dans les six républiques de l'ancienne Yougoslavie se trouvent sous les cotes BIULO SHS (crée en 1952), YUG (cote de Clichy) et BULAC MON pour les plus récents. Les documents y sont regroupés sans distinction de langues ou de pays.

Les collections de la bibliothèque s’enrichissent au fil du temps grâce aux achats, mais aussi grâce aux échanges institutionnels par exemple avec l’éditeur « Matica Srpska » de Novi Sad. Les dons des enseignants de l’INALCO, le Dépôt légal et les dons de particuliers contribuent également au développement des collections. Alors constituées principalement de dictionnaires, de méthodes de langue et d’ouvrages de littérature, ces collections sont désormais riches de documents d'histoire, de sociologie ou d’art grâce aux nouvelles orientations de la politique documentaire de ce domaine.

C’est André Vaillant (1897-1977), enseignant à l'École nationale des langues orientales vivantes qui développe l’enseignement des langues slaves du Sud. Il crée la chaire dont il est le premier titulaire et qu’il occupera jusqu’en 1953. Henri Boissin, professeur à l’INALCO de 1953 à 1975 veillera à la création d’un enseignement de macédonien en 1962 et de slovène en 1969. L’enseignement du serbe débute en 1873 avec le cours de Louis Léger, mais faute d’élèves le cours cesse l’année suivante. L’enseignement du serbo-croate a repris pendant la Première Guerre mondiale.

Le fonds serbe et croate se constitue de façon significative avec André Vaillant, qui fait un don de 250 volumes à la bibliothèque, entre 1932 et 1948. À la même époque, l’Institut d’études slaves donne ses ouvrages en doubles exemplaires à la BIULO. Les dons arrivent aussi par l’Armée d’Orient, par l’Institut français de Zagreb (en 1940). Le fonds en slovène s'est notablement enrichi grâce aux dons de Lucien Tesnière (entre 1924 et 1927).

Entre 1991 et 2001, la guerre en ex-Yougoslavie contribue à désorganiser le marché du livre dans les nouveaux pays de la région.

La communication entre ces différentes nations dorénavant indépendants est momentanément rompue, chacun revendiquant pour soi le patrimoine culturel de l’ex-pays commun. L’économie est totalement déstructurée, la transition a commencé. Ainsi, il faut attendre les années 2000, soit dix ans après le début de la guerre, pour constater une amélioration de l’économie du livre et l’émergence de nouvelles maisons d’édition.

Des fonds nationaux et internationaux ont permis de soutenir la diffusion et la circulation des livres entre les différents pays de l’ancienne Yougoslavie. Ils ont également contribué à la modernisation des bibliothèques, notamment à travers des programmes de numérisation de leur collections.

Les publications de ces pays sont nettement marquées par l’expérience de la guerre. Cet état de fait impose l'exigence d'une sélection rigoureuse afin d'acquérir une documentation aussi pertinente qu'objective et impartiale.

L’éclatement de l’ancienne Yougoslavie a conduit chaque pays à développer de nouveaux axes de recherche, notamment concernant l’histoire nationale. En effet, l’histoire des conflits passés était jusqu'alors peu étudiée pour préserver l’unité de la fédération et pour éviter les conflits interethniques. Les maisons d’édition de tous ces pays sont confrontées aujourd’hui au même problème : un marché du livre saturé d’ouvrages de basse qualité.

Les livres au contenu exigeant pâtissent de faibles tirages et génèrent par conséquent un chiffre d’affaire peu significatif. Ces nouvelles frontières font obstacle à la bonne circulation de la production éditoriale des pays voisins. La vente en ligne progresse comme partout dans le monde, faisant concurrence aux petites librairies.

Par ailleurs, les deux phénomènes combinés de la crise économique et de la période de transition inévitable, que traversent l'ensemble de ces pays, réduisent considérablement le pouvoir d’achat de leurs populations. L'édition indépendante s'en trouve d'autant plus fragilisée. Les associations d’éditeurs et de libraires en Serbie et en Slovénie sont désormais membres de la Fédération européenne des éditeurs de Bruxelles.

Dans les collections de la Réserve sont réunis les ouvrages rares et précieux, consultables sous certaines conditions. 

Les ouvrages des XVIIet XVIIIe siècles sont en général des textes consacrés à l’apprentissage des langues, des textes religieux ou des récits de voyages.

Le premier ouvrage en langue originale acquis par la bibliothèque date du XVIIe siècle :  Ispravnik za erei ispovidnici i za pokornik prenesen nigda s latinskoga ezika u slovinskij po Popu Simunu Budineu a sada pismenni glagolskimi ispisan i napečaćen o Rafailom Levakovićem  (1635) - Directoire pour les prêtres tiré du Directoire latin, traduit en « illyrique » par Simon Budineus transcrit et imprimé en glagolitique par Levaković. Cet ouvrage est en vieux slave (caractères glagolitiques).

Autres exemples d'ouvrages rares :

Blago jezika slovinskoga illi slovnik u komu izgovarajuse rjeci slovinske (1649) - Le trésor de la langue illyrienne ou dictionnaire des termes illyriques , et Grammatika talianska ukratko illi kratak nauk za naucitti latinski jezik (1649) - Grammaire abrégée de l’italien ou comment apprendre le latin.

Сатѵръ или дивій човєкъ (1793) – Le satyre ou L’homme sauvage de Antun Reljković. Ouvrage en vers destiné à l’éducation morale et domestique d’une population sans éducation. Il dispense des conseils pratiques et vise à enrayer la superstition, les préjugés et les mauvaises habitudes.

Voyage dans la Macédoine de Cousinery, Esprit Marie, contenant des recherches sur l'histoire, la géographie et les antiquités de ce pays. Paris : Imprimerie royale, 1831.

Quelques titres témoignent de l’intérêt français pour les Slaves du Sud : Le voyage de Dalmatie, de Grèce et du Levant de George Wheler, 1689 ; Voyage en Bosnie, dans les années 1807 et 1808 d’Amédée Chaumette-Des-Fossés, Paris, 1816 ; La Bosnie considéré dans les rapports avec l’Empire Ottoman par Charles Pertusier, Paris 1822 ; Bosnie et Herzégovine souvenir de voyage pendant l’insurrection par Charles Yiriarte, Paris, 1876.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Domaine de l'ancienne Yougoslavie (suite)

Les collections en magasins : 9 500 volumes communicables, dont les revues de plus de 10 ans. Les achats se font en langue originale ainsi qu'en langues occidentales.

Citons les maisons d’édition qui comptent pour chacun des pays de l'ancienne Yougoslavie :

- en Serbie : Matica Srpska, Laguna, Srpska Književna Zadruga, Zavod za Udžbenike, Stubovi Kulture, BIGZ, Službeni Glasnik, etc. 

Il faut préciser qu’en Voïvodine l’édition existe en langues serbe, hongroise, slovaque, roumaine, ruthène, ukrainienne et romani ;

- en Slovénie : Cankarjeva Založba, Mohorjeva Družba Celje, Mladinska Knjiga, Študentska Založba, etc.

- en Croatie : Jesenski i Turk, VBZ, Profi, Školska knjiga, Algoritam, Naklada Ljevak, Durieux, etc.

- en Bosnie & Herzégovine : Buybook, Šahinpašić, Dobra Knjiga, Rabic, Zalihica, etc.

- en Macédoine : Kultura, Matica makedonska, Makavej, MANU, Prosvetno Delo, Magor, etc.

- au Monténégro : Narodna Knjiga, CID-Podgorica, Grafo Crna Gora, Plima, Nova Knjiga, etc.

Maisons d’éditions importantes publiant en langues occidentales, y compris en français, dans ce domaine et principalement en littérature :

L’Âge d’Homme ; Xenia, Gaïa, l’Arche, l'Harmattan, Les Allusifs ; en anglais et en allemand : Peter Lang, Hurst, Saqi , Yale University Press, New York Universiti Press, Oxford University Press,  Ashgate, Granta.

Des revues en ligne et des bases de donnéesPar exemple : Études balkaniques et Central and Eastern European Online Library.

Chargée de collections pour le domaine de l'ancienne Yougoslavie : sonja.simicevic [à] bulac.fr

Établissements fondateurs de la BULAC ayant contribué à la constitution du domaine ex-yougoslave Sorbonne NouvelleINALCO.

Les ouvrages du catalogue BULAC localisés au Centre d'études slaves (CES) sont uniquement consultables sur place au 9, rue Michelet Paris 6e.

 


Rejoignez-nous


Le Carreau de la BULAC, carnet de recherches sur hypotheses.org

La Croisée de la BULAC, carnet de veille sur hypotheses.org

Pour citer cette page : 🔗 www.bulac.fr/?id=980