Publié : 02/09/2023, mis à jour: 07/09/2023 à 19:23
http://www.bulac.fr/node/2988

Domaine lituanien

Le domaine lituanien de la BULAC offre un ensemble documentaire de référence en sciences humaines et sociales, couvrant des disciplines telles que l'histoire, l’ethnographie, la linguistique, l'art et la littérature.

Composé majoritairement d’ouvrages en lituanien, le fonds comprend près de 3 000 ouvrages et 100 revues dont onze abonnements vivants. Il est constitué des collections de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales, des collections de la Bibliothèque juridique sur l'Europe centrale et orientale du Centre d'études et de coopération juridique interdisciplinaire, ainsi que des dépôts provenant de l'Institut d'études slaves. Environ 10 % de cet ensemble de collections se trouve en libre accès dans les salles de lecture, sous la cote 12 LT.

Le fonds s'est également enrichi avec la générosité de nombreux donateurs comme l'Académie des Sciences de Vilnius et l'Association lituanienne de Strasbourg. Parmi les donateurs individuels se distingue l'artiste lituanien Žibuntas Mikšys (1923-2013), exilé à Paris.

Daïnos : vieux chants lituaniens

Gražina Krivickienė, Viktoras Petravičius, Daïnos : vieux chants lituaniens, Fribourg-en-Brisgau, Erwin Burda, [1948]. Collections de la BULAC, BIULO GH.I.112.

Histoire du fonds lituanien

Źiamajtiû kalbos Torinti sawiep

Ljtuwiû-Kalnienû Abeciela, Źiamajtiû kalbos Torinti sawiep, Petropilie, Isspausta pas K. Kray, 1842. Collections de la BULAC, CESLA L 55.

La Lituanie, qui compte 2,8 millions d'habitants selon les statistiques de 2021, est un pays multilingue riche de plusieurs langues autochtones (le samogitien, le karaïm notamment), le lituanien étant la langue officielle. En raison de l'histoire mouvementée de la Lituanie, caractérisée par de multiples occupations, déportations et exils, la langue lituanienne s'est répandue à travers le monde, atteignant un total de près de 4 millions de locuteurs.

L'histoire du fonds est intrinsèquement liée au développement de l'enseignement de la langue lituanienne en France. Entre 1888 et 1889, répondant à l'intérêt de plusieurs de ses étudiants, Ferdinand de Saussure (1857-1913) a introduit un cours d'initiation à l’École pratique des hautes études. La langue lituanienne a fasciné les linguistes de cette époque, en raison des nombreux traits préservés de l'ancien indo-européen. Sa richesse phonétique, sa structure grammaticale, ainsi que sa similitude avec le sanskrit de l'ancienne Inde ou le grec ancien ont suscité de nombreuses études dans des langues comme l'allemand ou le français.

Ex-libris d'Antoine Meillet

Ex-libris d'Antoine Meillet. Ljtuwiû-Kalnienû Abeciela, Źiamajtiû kalbos Torinti sawiep, Petropilie, Isspausta pas K. Kray, 1842. Collections de la BULAC, CESLA L 55.

De la fin du XIXe siècle jusqu'en 1975, l'enseignement du lituanien à Paris a été assuré de manière irrégulière, par des figures notables comme Antoine Meillet (1866-1936) à l’École pratique des hautes études ou Michel Jonval (1902-1935) à l'École des langues orientales. C'est au sein de ces établissements que les premières acquisitions en lituanien ont été réalisées, sans pour autant constituer un fonds spécifique.

Après la Seconde Guerre mondiale, la BIULO a commencé à développer un fonds dédié aux langues baltes, comprenant le lituanien et le letton. Ce fonds balte s'est développé tout au long du XXe siècle, en particulier à partir de 1953, avec l'enregistrement de dons massifs et l'ajout de centaines d'ouvrages donnés par l'Unesco et la Bibliothèque nationale. À partir de 1959, le fonds a été classé sous une cote spécifique « BAL ».

L'enseignement régulier du lituanien a commencé à l'Inalco en 1975, sous la direction de Rose Dupin (1913). Žibuntas Mikšys lui a succédé en tant que chargé de cours, avant que Michel Chicouène (1936-2017), professeur de russe, ne prenne la responsabilité de l'enseignement du lituanien en 1985. Depuis lors, le lituanien est enseigné à l’Inalco jusqu’au niveau Master.

Le cœur patrimonial de la collection

Les ouvrages anciens

Geografia krolestwa polskiego i wielkiego xiestwa litewskiego

Anton Friedrich Büsching, Geografia krolestwa polskiego i wielkiego xiestwa litewskiego ..., Leipzig, Dresde, [s. n.], 1768. Collections de la BULAC, BULAC RES MON 16 290.

L’histoire de la Lituanie est marquée par sa christianisation tardive (1387), ses conflits avec l'Ordre teutonique (XII-XIIIe siècles), l'établissement du premier Royaume lituanien (1236-1569) sous Mindaugas, son union avec la Pologne pour former la République des Deux Nations (1569-1795), ainsi que les répercussions des guerres et des divisions orchestrées par les puissances coloniales grandissantes que furent l'Autriche, la Prusse et la Russie (1772-1795). Elle témoigne de la complexité de cette région géographique. Cet héritage se manifeste dans l’histoire éditoriale du pays, marquée par une pluralité religieuse, culturelle et linguistique.

Les plus anciens ouvrages du fonds sont majoritairement en polonais ou en latin, qui étaient les langues officielles durant la République des Deux Nations. Parmi ces documents, l’ouvrage Respublica, sive status regni Poloniae, Lituaniae, Prussiae, Livoniae, etc. diversorum autorum, publié pour la deuxième fois en 1627, rassemble des textes historiques provenant du Royaume de Pologne, de la Lituanie, de la Prusse et de la Livonie. Il inclut entre autres l’ouvrage de l'historien polonais Jan Łasicki (1534-1599), décrivant les mœurs et les coutumes des Samogitiens de Lituanie, ainsi qu'un extrait du traité sur les coutumes des Tatars, des Lituaniens et des Musulmans en Lituanie, rédigé par Mykolas Lietuvis (1490-1560), diplomate et secrétaire de la chancellerie du Grand-duc de Lituanie.

Concernant les ouvrages publiés entre la fin du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle, le fonds lituanien est principalement constitué d'ouvrages en polonais, bien que certains textes soient écrits dans d'autres langues occidentales, y compris le français. Cette situation s'explique par l'intense polonisation de l’époque, ainsi que par le fait que la langue lituanienne n'était alors pas officiellement reconnue. Elle était considérée comme un dialecte, et non comme une langue dédiée à la science ou à la culture savante. La BULAC conserve une dizaine de publications en langue lituanienne de la période, notamment une transcription de chants, ainsi que diverses transcriptions de mythes, de contes, de traditions païennes et de coutumes lituaniens. Certains de ces livres faisaient partie de la bibliothèque personnelle d’Antoine Meillet.

La collection contient également des études juridiques sur la République des Deux Nations, comme O litewskich i polskich prawach, o ich duchu źródłach, związku, i o rzeczach zawartych w pierwszém Statucie dla Litwy 1529 roku wydaném de Tadeusz Czacki (1765-1813), philosophe et homme d'État polonais. Ce document offre une étude détaillée des lois lituaniennes et polonaises, de leurs sources et de leurs influences sur le premier statut de la Lituanie, promulgué en 1529. Ce fonds ancien reflète également les soulèvements lituaniens de 1830-1831, l’affirmation du caractère national lituanien remontant aux années 1830 et rassemble des grammaires et des documents sur la géographie de la République des Deux Nations datant de 1768.

Dans les collections de la BULAC, l'une des plus anciennes références en français à l'histoire lituanienne se trouve dans l'œuvre de Jean-Guillaume de Chevrières. Son Histoire De Stanislas I. Roi De Pologne, Grand Duc de Lithuanie, Duc De Lorraine Et De Bar, publié à Francfort en 1740, décrit la vie de Stanislas I (Stanislovas Boguslavas Leščinskis en lituanien, Stanisław Leszczyński en polonais). Cet ouvrage met en lumière les relations complexes entre la Lituanie et la Pologne. Par ailleurs, avec l'expansion des récits de voyage au début du XIXe siècle, de nombreux témoignages sur la culture lituanienne ont vu le jour, comme les Mémoires particuliers extraits de la correspondance d'un voyageur avec feu Mr. Caron de Beaumarchais Sur la Pologne, la Lithuanie, la Russie Blanche, Pétersbourg, Moscou, la Crimée, etc., publiés à Hambourg en 1807, ou les Mémoires sur la campagne de Lithuanie du général Henri Dembinski, publiés à Strasbourg en 1832.

Carte issue des Mémoires sur la campagne de Lithuanie

Henryk Dembiński, Mémoires sur la campagne de Lithuanie, Strasbourg, F.-C. Heitz, 1832. Collections de la BULAC, BIULO BA.VI.106.

Naujas Istatimas Jezaus Christaus wieszpaties musu

Juozapas Arnulpas Giedraitis, Naujas Istatimas Jezaus Christaus wieszpaties musu, Wilniuje, Iszspaustas pas Kunigus Missionorius, 1816. Collections de la BULAC, BIULO BC.III.52.

La BULAC possède également quelques pièces rares en lituanien datant de la première moitié du XIXe siècle. Parmi celles-ci figure le Nouveau Testament, intitulé Naujas Istatimas Jezaus Christaus wieszpaties musu, écrit dans une forme de lituanien non standardisée pour les chrétiens de Lituanie sous l’occupation tsariste russe en 1816. Senas auksa ałtorius est un recueil de chants et de prières publié à Vilnius en 1864. Ces documents reflètent une période cruciale de l'histoire lituanienne, apportant un éclairage précieux sur les mœurs et coutumes du peuple lituanien.

Les fonds patrimoniaux contemporains

Entre 1864 et 1904, l'écriture et l'enseignement de la langue lituanienne étaient interdits, ce qui a exacerbé le processus de russification déjà à l'œuvre. Face à cette répression, des mouvements de résistance culturelle ont surgi. Les Lituaniens résidant à l'étranger, surtout en Prusse-Orientale, ont joué un rôle clé dans l'édition et l'impression clandestine. La BULAC conserve quelques ouvrages de cette époque, qui attestent de la lutte contre l'oppression russe. Varpas est ainsi une revue emblématique de l’éveil national lituanien.

Sa ligne éditoriale est diversifiée : outre la Lituanie et son histoire, elle fait œuvre de vulgarisation scientifique, ouvrant une fenêtre sur le monde, jusqu’alors inaccessible en langue lituanienne.

Varpas

Martynas Jankus, Vincas Kudirka, Varpas : literaturos, politikos ir mokslo menesinis laikrasztis [La Cloche : journal mensuel de littérature, politique et science], Tilžė, Ragainė, Susivienyjimas Lietuvos intelijentu, 1889-1905. Collections de la BULAC, BIULO MEL.8.948(21).

Pro Lituania : bulletin du Bureau d'information de Lithuanie

Pro Lituania : bulletin du Bureau d'information de Lithuanie, Lausanne, [s. n.], 1915-19??. Collections de la BULAC, BIULO AJ.IV.122.

Plus de 300 titres, publiés entre 1900 et 1940, mettent en lumière la lutte pour l'établissement et le développement de la première démocratie lituanienne. Parmi les 22 périodiques (revues et titres de presse) couvrant cette période, on trouve des documents relatifs à la diversité littéraire et culturelle, ainsi que des documents militants et de propagande. Plusieurs titres témoignent ainsi de l'occupation de Vilnius par la Pologne entre 1920 et 1939. Mūsų Vilnius, publié entre 1928 et 1938 par Vilniui vaduoti sąjunga (l'Union pour la libération de Vilnius), avait pour objectif de libérer la région de Vilnius par des moyens culturels et pacifiques.

Le fonds Balmont
Spinduliai ir šešėliai : eilės

Leonas Vitkauskas, Spinduliai ir šešėliai : eilės. Pirmoji kregždė, Kaunas, Išleido Julė Vitkauskienė, 1926. Fonds Constantin Balmont. Collections de la BULACBIULO MEL.8.899(6).

De nombreux ouvrages de cette époque proviennent de la bibliothèque personnelle de Constantin Balmont, poète symboliste russe, qui entretenait une relation étroite avec le poète et diplomate Jurgis Baltrušaitis ainsi que le poète Liudas Gira. Balmont était connu pour ses traductions du lituanien vers le russe et son intérêt pour la mythologie et le folklore lituaniens.

La bibliothèque de Balmont a été acquise par l’École des langues orientales en 1931. Cet ensemble de plus de 170 ouvrages majoritairement en lituanien révèle la spécificité culturelle et politique de la Lituanie de l'entre-deux-guerres. Cette collection comprend, entre autres, un grand nombre de publications en littérature lituanienne, comprenant souvent des premières éditions dédicacées, ainsi que des recueils de chansons et des travaux ethnographiques.

Dirva

Adomas Dundzila, Bronius Sirutis, Dirva : dešimt sėjos barų, 1918/9-1929, Dirvos b-vės leidinys, [1929]. Fonds Constantin Balmont. Collections de la BULAC, BIULO MEL.4.288(19).

Dainos

Kazys Binkis, compilateur, Kazys Šimonis, illustrateur, Dainos : žmonių poezijos antologija [Les Chants : anthologie de la poésie populaire], Šiauliai, Kultūros b-vė, 1922. Fonds Constantin Balmont. Collections de la BULAC, BIULO AO.I.95.

Contes lithuaniens

Jean Mauclère ; illustrations de Pierre Rousseau, Contes lithuaniens, Paris, F. Lanore. Collections de la BULAC, BIULO AO.IV.207.

Contes lithuaniens

Jean Mauclère ; illustrations de Pierre Rousseau, Contes lithuaniens, Paris, F. Lanore. Collections de la BULAC, BIULO AO.IV.207.

Muba

Juozas Tysliava, directeur de publication, Muba : mūsų baro apžvalga [Muba : revue internationale], Paris, [éditeur inconnu], 1928. Collections de la BULACBIULO MEL.4.306(16).

La première indépendance de la Lituanie, en 1918, a conduit à une explosion de publications en lituanien, ainsi qu'à une augmentation des échanges culturels et scientifiques avec l'Europe occidentale. Cela se manifeste dans le nombre croissant de publications lituaniennes réalisées en France, souvent écrites en français ou traduites. La BULAC conserve notamment le premier numéro du périodique Muba fondé à Paris par Juozas Tysliava (1902-1961). Il s'inscrit dans le courant des avant-gardes et réunit des auteurs comme Céline Arnauld, Jean Cocteau, Henrik Visnapuu, Joseph Delteil, Bruno Jasieński et Vicente Huidobro.

Le fonds comprend également 1 214 ouvrages couvrant la période de l'occupation soviétique et de l'exil (1940-1990). Les échanges institutionnels, notamment avec l'Académie des sciences de Vilnius, ont enrichi la collection de nombreuses publications, témoignant de la réalité éditoriale de la période soviétique. Toutefois, l'essentiel de ces documents a été acquis grâce à des dons, notamment ceux de Žibuntas Mikšys, avec 260 documents d'une diversité et d'une qualité artistique exceptionnelles.

Le don Mikšys
Metmenys

Metmenys [Contours], Chicago, AM & M Publications, 1959-2006. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULACBIULO PER.21002.

 

 

Le fonds de Žibuntas Mikšys se démarque par sa dimension politique, engagée et dissidente. Les documents vont à l'encontre du régime soviétique, véhiculant l'opinion de Mikšys sur des sujets politiques, artistiques et littéraires à travers des commentaires, des extraits, des dessins ironiques et sarcastiques. Ces ouvrages ont contribué à faire connaître un discours en opposition avec la doctrine officielle, en provenance de la Lituanie sous occupation soviétique. 

Certains de ces livres ont été obtenus par l’intermédiaire de rares collègues et amis de Mikšys autorisés à voyager depuis la Lituanie. D'autres ont été reçus par courrier, témoignant de la connexion constante de l'artiste avec son pays d'origine. Le fonds Mikšys comprend également une riche collection de publications lituaniennes en exil, particulièrement celles publiées aux États-Unis durant la seconde moitié du XXe siècle. Par exemple, une collection de la maison d’édition Algimanto Mackaus knygų leidmo fondas (plus tard, AM&M publications) comprenant 12 publications, dont la célèbre revue Metmenys (1965), périodique phare de la vie intellectuelle lituanienne aux États-Unis.

[Devinidešimt aštuoni] 98 eilėraščiai

Tomas Venclova, [Devinidešimt aštuoni] 98 eilėraščiai, Chicago, AM & M Publications, 1977. Collections de la BULAC, BIULO BAL.III.303.

Giesmių giesmė

Sigitas Geda, Giesmių giesmė = Песнь песней, Vilnius, Vaga, 1983. Collections de la BULAC, BIULO BAL.II.69.

La pratique artistique de Mikšys et sa collecte bibliographique s’apparentent au mail art et reflètent son engagement politique. Ainsi, Mikšys avait l'habitude de coller un ex-libris avec son adresse à Paris, détournant parfois des timbres postaux, et d’ajouter des commentaires et des critiques du système soviétique. Sa pratique de don de livre s’inscrit également dans la logique de l’auto-diffusion qui marque l’action de la dissidence. La collection constitue un bel exemple de livres d'artistes.

L’édition en Lituanie aujourd’hui et son reflet dans les collections de la BULAC

Depuis la restauration de l'indépendance de la Lituanie en 1990, le pays est passé d'un système d'édition d'État centralisé et soumis à la censure à un marché libre et diversifié. Depuis, la production éditoriale n’a cessé de se diversifier, témoignant d'un grand intérêt pour les livres en tant qu'objets uniques. 

L'université de Vilnius offre une production éditoriale très riche, avec un intérêt particulier pour les sciences humaines et sociales. Ces dernières années, des études approfondies sur l'époque soviétique et son héritage ont vu le jour. La recherche s’intéresse également à la période de la première République lituanienne, entre 1918 et 1940, notamment afin de documenter l'histoire des femmes et des groupes minoritaires, des sujets très peu étudiés pendant la période de l'occupation soviétique.

Migracija : sampratos ir patirtys

Migracija : sampratos ir patirtys. Mokslinių straipsnių rinkinys, Vilnius, Lietuvos nacionalinis dailės muziejus, Lietuvos kultūros tyrimų institutas, 2022. Collections de la BULAC, 12LT 305 MIG.

Un autre aspect marquant est l'intensification du bilinguisme lituanien-anglais. Cela témoigne d'une volonté d'atteindre les marchés étrangers. Enfin, les maisons d'édition indépendantes et militantes trouvent également leur place.

Plus d’un millier de titres en lituanien conservés à la BULAC ont été publiés depuis 1990. Les thèmes les plus récents concernent l'évolution linguistique dans la Lituanie contemporaine, l'histoire des minorités, et les études littéraires. D'autres sujets d'intérêt incluent l'étude de la sexualité au XXe siècle, l'histoire des mentalités et la diaspora lituanienne.

Le fonds est principalement composé d'ouvrages en sciences humaines, avec une prédominance pour la littérature et la linguistique. Il comprend des travaux sur l'histoire, la civilisation, les sciences sociales et les études régionales. Les créations littéraires, ainsi que leurs traductions françaises ou anglaises sont intégrées à la collection. 

Parmi les autres domaines d'intérêt pour l'expansion de la collection, on peut citer des études sociologiques sur les changements récents dans la société lituanienne, l'histoire des minorités, en particulier celle des Litvaks, et la tragique histoire de l'Holocauste en Lituanie. Une importance particulière est accordée aux monographies en histoire, et en particulier celles qui traitent des déportations, de l'exil et des répressions aux XIXe et XXe siècles. En outre, la collection continue de s'enrichir d'ouvrages sur le rétablissement de l'indépendance et le mouvement Sajūdis. Les dernières publications sur l'histoire de l'art lituanien trouvent également leur place.

Hommage à Moï Ver

Moï Ver (photographe) et Emil Schaeffer, Hommage à Moï Ver, 2019. Collections de la BULAC, BULAC MON 16 20060.

The Ghetto Lane in Wilna

Moï Ver (photographe) et Emil Schaeffer, The Ghetto Lane in Wilna, 2019. Collections de la BULAC, BULAC MON 16 20061.

Le fonds continue enfin d’être enrichi par des dons, ce qui contribue à renforcer son aspect patrimonial. La BULAC a ainsi reçu en 2023 un don important de Rima Puniska, comprenant des encyclopédies lituaniennes publiées à Boston dans les années 1960. Ces 37 volumes constituent un fonds de référence pour les études sur la culture lituanienne et l'histoire de l'exil lituanien.

Lietuvių enciklopedija

Lietuvių enciklopedija [Encyclopédie lithuanienne], [Boston], Lietuvių enciklopedijos leidykla. Collections de la BULAC, BULAC MON 8 62146.

Arunas Tarabilda, Vilniaus legendos

Le lituanien, une langue balte orientale de la famille indo-européenne, est parlé par environ 3,6 millions de personnes dans le monde, dont la plus grande partie en Lituanie. Constitué d'environ 3 000 documents, le fonds lituanien est l’une...

Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle
14 novembre 2022 > 14 janvier 2023

Cette exposition retrace l'histoire de la littérature lituanienne du XXe siècle, intrinsèquement liée au développement de l’identité nationale, aux premières tentatives démocratiques, aux guerres et à leurs terreurs, aux déportations et à l’exil. Elle met à l'honneur des dons...

Projection de «Réminiscences d'un voyage en Lituanie», Jonas Mekas, 1972
15 décembre 2022 – 18:00 > 20:00

En 2022, le monde et la Lituanie commémorent la vie et l’œuvre de Jonas Mekas, l’une des personnalités culturelles des XXe et XXIe siècles les plus importantes pour la Lituanie et un phénomène culturel mondial à part entière...

Valdas Papievis, de l'autre côté du temps
15 novembre 2022 – 19:00 > 20:30

Dialogue entre l’écrivain et le critique littéraire, Éric Dussert

Le 15 novembre 2022, de 19h à 20h30, rencontre-lecture à la BULAC avec l'écrivain lituanien Valdas Papievis, autour de son œuvre, en dialogue avec le critique littéraire, Éric Dussert

Entre ici et ailleurs : les empreintes lituaniennes
14 novembre 2022 > 23 novembre 2022

La culture lituanienne est à l'honneur tout au long de cette année 2022, à travers un vaste programme de festivités dans le cadre du label « Kaunas, Capitale européenne de la culture » et du Centenaire Jonas Mekas. Du 14 novembre au...

Visite de l'ambassadeur de Lituanie
15 novembre 2022 – 18:00 > 21:00

Visite de l'exposition « Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle » par S.E.M Nerijus Aleksiejūnas, ambassadeur de Lituanie en France, accompagné d'Austė Zdančiūtė, attachée culturelle de l'Ambassade de Lituanie en France.

La BULAC accueille une résidence de traduction «Traduire Mekas»

« Traduire Mekas » est un programme de traduction collective en français des poèmes de Jonas Mekas supervisé par le Centre international de poésie Marseille et soutenu par l’Institut culturel lituanien de Vilnius.

Vo-Vf, le podcast de la journaliste Marielle Vitureau, journaliste, spécialisée dans la culture lituanienne

Dans le prolongement du Festival Vo-Vf, écoutez le podcast animé par la journaliste Marielle Vitureau et consacré à la littérature lituanienne.

Les pays baltes : trois langues uniques
2 octobre 2021 – 12:00 > 13:00

Des pays proches géographiquement dont les spécificités linguistiques sont parfois méconnues. Dialogue avec Jean-Pierre Minaudier

Miglė Dulskytė
Chargée de collections pour les domaines letton et lituanien
collections@bulac.fr