http://www.bulac.fr/node/2762

Image et création, aujourd'hui en Iran

Organisateur(s) :BULAC

Depuis plus d'une décennie, la créativité des artistes iraniens suscite la curiosité du public et des institutions culturelles internationales. Ce renouveau de la scène artistique iranienne irrigue tous les champs de la création, du cinéma à la littérature. La photographie et l'illustration ne font pas exception à la règle. Leur succès auprès du public pose la question des conditions de production de ces œuvres, dans un contexte économique et idéologique compliqué.

Image et création, aujourd'hui en Iran

Gohar Dashti, from the series Slow Decay, 2010.

Quand : 12 mars 2012 – 19:00 > 21:00 Où : Auditorium du Pôle des langues et civilisations

Programme

De 19h à 20h : Présentation de la dernière série photographique de Gohar Dashti, Slow Decay (2010)

Pour comprendre le processus à l'œuvre dans la création d'images en Iran, la BULAC vous invite à découvrir les derniers travaux de la photographe iranienne Gohar Dashti.

Cette série met en scène des personnes évoluant dans un contexte domestique ordinaire. Un liquide rouge, du sang, vient cependant perturber l’apparente quiétude des protagonistes et crée une tension qui les suspend dans le temps, le silence et l’absence. Ils sont désormais plongés dans le mutisme de leurs histoires intérieures dont les objets qui saignent seraient les narrateurs.

La discussion avec Gohar Dashti sera animée par Yasmina Reggad, commissaire de l'exposition Ce n'est pas du sang, c'est du rouge.

Du 10 mars au 19 avril 2012, retrouvez les œuvres de Gohar Dashti à la Galerie White Project, dans le cadre de l’exposition Ce n'est pas du sang c'est du rouge.

De 20h à 21h : Une métamorphose iranienne, usage de l'autofiction dans le roman graphique de Mana Neyestani

Roman graphique de Mana Neyestani, Une métamorphose iranienne​​​​​​​

Roman graphique de Mana Neyestani, Une métamorphose iranienne.

Dessinateur et illustrateur pour de nombreux magazines culturels, littéraires, économiques et politiques, Mana Neyestani devient illustrateur de presse à la faveur de la montée en puissance des journaux réformateurs iraniens en 1999.


Mana Neyestani explicitera le processus d'écriture de son premier roman graphique, Une métamorphose iranienne, coédité chez Arte Éditions et et là. Il abordera également les conditions d'exercice de son métier d'illustrateur en France et en Iran.

La discussion avec Mana Neyestani est animée par Faranguis Habibi, journaliste, ancienne directrice du service persan de Radio France internationale (RFI).

  • Cette rencontre est organisée en partenariat avec Photo-Festivals / Foto-Festivals, les Éditions Cà et Là et la Galerie White Project.
  • Traductions consécutives par Pourvali Bamchade, Anna Lewin et Taraneh Moussavi (étudiants en interprétariat, département de Persan, Inalco)

Réécouter la rencontre

La propagande d'al-Maghīlī contre la communauté juive du Touat (Sahara algérien) au XVe siècle
6 juin 2023 – 18:30 > 20:00

Conférence publique de l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM), par Agnès Devictor, maître de conférences (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA).

Études de l'Iran culturel : une collection de recherche sur le Baloutchistan

La BULAC a reçu en don une collection de 22 volumes consacrés à l'histoire et à la culture du Baloutchistan, région d’Asie partagée entre l’Iran, au sein du Sistan-et-Baloutchistan, l’Afghanistan, et la province pakistanaise du Baloutchistan.

Femme, vie, liberté - Révolte en Iran

« Femme, vie, liberté » est un cri de ralliement scandé dans les manifestations qui se déploient en Iran, depuis la mort de Jîna (Mahsa) Amini, une jeune femme de 22 ans tuée à l'issue de son interpellation par la...

Shâhnâmeh : le Livre des rois

Le domaine persan s’étend sur un espace situé entre le Moyen-Orient et l'Asie centrale et couvre l'Iran, l'Afghanistan, le Tadjikistan, ainsi que le Kurdistan, l’Azerbaïdjan du Sud et le Baloutchistan. Il concerne quatre langues : le persan, le kurde, le...

Dans l'objectif d'Henry Viollet. Les monuments islamiques à travers un fonds d’archives inexploré (1904-1913)
23 juin 2022 > 24 juin 2022

En parallèle de l'exposition présentée du 20 juin au 30 juillet, cette journée d'étude internationale rassemblera des spécialistes de l’archéologie et de l’histoire de l’art islamiques.

Dans l’objectif d’Henry Viollet. Les monuments islamiques à travers un fonds d’archives inexploré (1904-1913)
20 juin 2022 > 30 juillet 2022

Henry Viollet (1880-1955) a été une figure pionnière des études sur le patrimoine bâti islamique. Découvrez une partie de la riche documentation qu'il a rassemblée au cours de ses missions au Moyen-Orient (1904-1913) : photographies, carnets de voyages, notes...

Reliure laquée à motifs de boutons de roses et de papillons

La bibliothèque James-Darmesteter de l'ancien Institut d'études iraniennes a été déposée à la BULAC par le CNRS et l'université Sorbonne-Nouvelle. C'est un ensemble essentiel pour les études persanes en France. Son histoire est étroitement liée avec le développement de...

Joyeux Nowruz

En persan, Nowruz signifie littéralement « le Jour Nouveau ». Cette fête vieille de trois millénaires célèbre le renouveau du printemps et la fécondité éternelle de la terre. Le Nowruz a lieu cette année le 20 mars.

Nos intervenants

Gohar Dashti
Gohar Dashti

Gohar Dashti est née à Ahvaz, Iran en 1980. Elle vit et travaille à Téhéran et Berlin. Diplômée d’un master en photographie de l’université de Téhéran, elle a participé à de nombreuses expositions collectives (Téhéran, Berlin, Paris, Washington DC, etc.) et individuelles en France et en Iran. Son travail, essentiellement photographique, explore le passé turbulent de l’Iran et témoigne de la résistance de la génération post-révolution islamique face à la rigidité du pouvoir et de la morale. Dans sa série, Today's Life and War, exposée à Photoquai en 2009, Gohar Dashti donne à voir les stigmates laissés sur la population par la guerre Iran-Irak (1980-1988). Elle revient à Paris avec une nouvelle série Slow Decay, dans laquelle le sang devient le symbole de la détresse d'un peuple qui, pendant des générations, a souffert silencieusement. Progressivement, ces tourments contaminent les âmes et finissent par désintégrer les corps.

Yasmina Reggad
Yasmina Reggad

Yasmina Reggad est commissaire de l'exposition Ce n'est pas du sang, c'est du rouge.

Mana Neyestani
Mana Neyestani

Dessinateur et illustrateur iranien. 

Né à Téhéran en 1973, Mana Neyestani a une formation d’architecte, mais il a commencé sa carrière en 1990 en tant que dessinateur et illustrateur pour de nombreux magazines culturels, littéraires, économiques et politiques. Il devient illustrateur de presse à la faveur de la montée en puissance des journaux réformateurs iraniens en 1999. En 2000, il publie son premier livre en Iran, Kaaboos (Cauchemar), qui sera suivi de Ghost House (2001) et M. Ka’s Love Puzzle (2004). Catalogué comme dessinateur politique, Neyestani est ensuite contraint de faire des illustrations pour enfants. Celle qu’il a faite en 2006 a conduit à son emprisonnement et à sa fuite du pays. Entre 2007 et 2010, il vit en exil en Malaisie, en faisant des illustrations pour des sites dissidents iraniens dans le monde entier. Dans la foulée de l’élection frauduleuse de 2009, son travail est devenu une icône de la défiance du peuple iranien. En 2012, il publie en France le récit de son emprisonnement et de sa fuite d’Iran, Une Métamorphose Iranienne (coédition çà et là / Arte). Il publie ensuite en 2013 un recueil de dessins de presse, Tout va Bien !, puis en 2015 son Petit manuel du parfait réfugié politique (çà et là / Arte). Mana Neyestani a remporté de nombreux prix iraniens et internationaux, plus récemment, le Prix du Courage 2010 du CRNI (Cartoonists Rights Network International ). Membre de l’association Cartooning for Peace, il a reçu le Prix international du dessin de presse, le 3 mai 2012, des mains de Kofi Annan et le Prix Alsacien de l’engagement démocratique en 2015. Mana Neyestani est réfugié politique en France depuis 2011 et vit à Paris avec sa femme.

Faranguis Habibi
Faranguis Habibi

Journaliste, ancienne directrice du service persan de Radio France internationale (RFI).