http://www.bulac.fr/node/2145

La BULAC fait son Cinéma du réel - édition 2018

Organisateur(s) :BULAC

Les 28 et 29 mars, la BULAC projette cinq films documentaires sélectionnés parmi la quarantaine de films en compétition au Festival international Cinéma du réel.

La BULAC fait son Cinéma du réel - édition 2018

Visuel La BULAC fait son Cinéma du réel ! édition 2018 (Maxime Ruscio / BULAC).

Quand : 28 mars 2018 > 29 mars 2018 Où : Auditorium du Pôle des langues et civilisations

La BULAC participe à la 40e édition de Cinéma du réel

En 2018, la BULAC renouvelle son partenariat avec le Cinéma du réel, rendez-vous incontournable du film documentaire international. Le Festival, qui fête cette année ses quarante ans, explore la diversité des formes cinématographiques, en les faisant dialoguer avec la création contemporaine.

Chaque année, les films en compétition au Cinéma du réel voyagent grâce aux séances hors les murs, auxquelles la bibliothèque participe. La dimension internationale de la programmation résonne particulièrement à la BULAC, qui fait le choix de mettre à l’honneur des films ancrés dans les aires géolinguistiques que recouvrent ses collections.

Sélection BULAC 2018 « Mondes en héritage et champs des possibles »

Pour cette deuxième édition de « Cinéma du réel hors les murs à la BULAC », la BULAC a concocté pour vous un périple qui guidera vos pas du Kirghizstan au Cambodge, en passant par la Roumanie, le Moyen-Orient et le Congo-Kinshasa. Les cinq films de cette sélection puisent leur matière dans des passés complexes se répercutant souvent avec force dans le présent. Entrecroisant des histoires individuelles et collectives, ils campent le portrait d’individus ou de communautés en questionnement, en quête d’identité, se tenant à la frontière entre le réel et l’utopie.

Passages de témoin entre générations, exploration de territoires en recomposition, ces films aux choix esthétiques affirmés offrent une variété de « champs des possibles ».

Quand le passé devient un tremplin pour la jeunesse. Quand le cinéma donne de la voix à l’espoir, l’engagement et la contestation

Venez dialoguer avec les réalisateurs et avec des chercheurs après chaque projection. Débats animés par Amandine D'Azevedo, docteure en études cinématographiques et chargée d'action culturelle à la BULAC.

Palmarès 2018 :

  • Grand Prix Cinéma du réel : L.Cohen de James Benning (2017, USA, 45’)
  • Prix International de la SCAM : Terra Franca de Leonor Teles (2018, Portugal, 82’)

 

« En miroir du Cinéma du réel 2018 : sélection de films autour du documentaire Kinshasa Makambo »

La critique de ces films est à retrouver sur le Carreau de la BULAC !

[Mercredi 28 mars] 17h30-18h52

« Djamilia » D'Aminatou Échard

France - 2017 - 82' - VOSTF. Compétition française
Visuel du film Djamilia

Visuel du film Djamilia

Synopsis. Au Kirghizstan, l'héroïne du roman de Tchinghiz Aïtmatov Djamilia (1958) constitue un puissant modèle pour les femmes, contraintes par les coutumes religieuses et familiales revenues en force après l'ère soviétique. À la rencontre de plusieurs générations, le film sonde leurs désirs, leur colère et leur exigence de liberté.

Projection suivie d'un débat avec la réalisatrice, Aminatou Échard, avec Christilla Marteau d'Autry, docteure en ethnologie, spécialiste de l'Asie centrale, et Isabelle Ohayon, historienne de l'Asie centrale (CERCEC, CNRS)

[Mercredi 28 mars] 20h-21h10

«&nbspAngkar » De Neary Adeline Hay

France - 2017 - 70' - VOSTF. Compétition Premiers films
Visuel du film Angkar

Visuel du film Angkar

Synopsis. La réalisatrice filme son père, Cambodgien exilé, de retour au village dans la jungle où il fut déporté pendant le génocide Khmer. Leurs voix-off font contrepoint aux conversations apaisées de cet homme avec ses anciens tortionnaires. Entre passé et présent, les identités se dévoilent, les spectres oubliés ressurgissent et l’histoire, face à l’autre, se raconte enfin.

Projection suivie d'un débat avec la réalisatrice, Neary Adeline Hay

[Jeudi 29 mars] 16h30-17h40

« Fotbal infinit (Infinite Football) », De Corneliu Porumboiu

Roumanie - 2017 - 70' - VOSTA. Compétition internationale
Visuel du film Fotbal Infinit

Visuel du film Fotbal Infinit

Synopsis. Le portrait d'un employé administratif qui rêve de révolutionner les règles du football. Quand il apprend qu’un ami d’enfance de son frère a inventé un nouveau sport en modifiant les règles du football, Corneliu Porumboiu revient le filmer dans sa ville natale. Entre utopie et résilience, l’employé de la préfecture a trouvé dans cette réinvention une planche de salut.

[Jeudi 29 mars] 18h30-19h14

« Salarium » De Sasha Litvintseva, Daniel Mann

Royaume-Uni - 2017 - 44' - VOSTA. Compétition Premiers films
Visuel du film Salarium

Visuel du film Salarium

Synopsis. Salarium [latin] - Solde donnée aux soldats pour acheter du sel, salaire, gages, rétribution, honoraires. Partant de l’étymologie du mot « salaire », le film « creuse » le phénomène des dolines, ces trous béants qui, depuis 1980, font s’effondrer sur des dizaines de mètres les rives de la Mer morte, en Israël, endommageant routes et sites touristiques. Salarium s'attache à capter l'enchevêtrement des forces économiques, militaires et géologiques, qui se manifestent dans la figure du gouffre.

Projection suivie de la diffusion d'une interview inédite de Sasha Litvintseva et Daniel Mann

[Jeudi 29 mars] 20h-21h11

« Kinshasa Makambo » De Dieudo Hamadi

RDC, France - 2017 - 71' - VOSTF. Compétition internationale
Visuel du film Kinshasa Makambo

Visuel du film Kinshasa Makambo

Synopsis. Le portrait de jeunes s'engageant en faveur d'une nouvelle voie à la veille des élections présidentielles en République Démocratique du Congo. Fin 2016 et début 2017, Dieudo Hamadi filme des jeunes gens de Kinshasa en rébellion contre le pouvoir dictatorial de Joseph Kabila. Ils s’interrogent : leur révolution doit-elle s’appuyer sur les partis existants ou demeurer informelle et clandestine ?

Projection suivie d'un débat avec le réalisateur, Dieudo Hamadi

Cinéma du réel 2018, photographie de l'auditorium
Débat après la projection d'Angkar
Visuel du film Djamilia
Visuel du film Djamilia
Visuel du film Djamilia
Visuel du film Djamilia
Visuel du film Djamilia
Aminatou Échard, réalisatrice de Djamilia
Aminatou Échard, réalisatrice de Djamilia
Débat après la projection de Djamilia
Cinéma du réel 2018. Débat après la projection de Djamilia
Débat après la projection de Djamilia
Débat après la projection de Djamilia
Cinéma du réel 2018. Visuel du film Angkar.
Visuel du film Angkar
Cinéma du réel 2018. Débat après la projection d'Angkar
Neary Adeline Hay, réalisatrice d'Angkar
Visuel du film Fotbal Infinit
Visuel du film Fotbal Infinit
Visuel du film Salarium
Visuel du film Salarium
Visuel du film Salarium
Visuel du film Kinshasa Makambo
Visuel du film Kinshasa Makambo
Dieudo Hamadi, réalisateur de Kinshasa Makambo
Dieudo Hamadi, réalisateur de Kinshasa Makambo
Dieudo Hamadi, réalisateur de Kinshasa Makambo, dialogue avec Amandine D'Azevedo (BULAC)

Nos intervenants

Aminatou Échard
Aminatou Échard

Aminatou Échard a une formation en ethnomusicologie et en cinéma. Elle réalise des films documentaires et expérimentaux, explorant la relation entre son et image. Le travail de terrain est un élément essentiel de sa pratique artistique. Depuis 2006, elle se rend régulièrement en Asie centrale où elle recueille de nombreuses images super 8 et sons afin d’explorer les liens particuliers qui se tissent entre les personnes et leur environnement. À partir de cette matière, elle a réalisé un premier court métrage expérimental, Esquisses kirghizes, en 2007, puis un moyen métrage, Broadway, en 2010. (Source : 529 Dragons)

Neary Adeline Hay
Neary Adeline Hay

Neary Adeline Hay est née au Cambodge en 1981. Rescapée de la tragédie cambodgienne, elle trouve asile en France avec sa famille et grandit dans la banlieue parisienne. Passionnée par le cinéma, elle achète son premier caméscope à l'âge de seize ans. Neary Adeline Hay fait des études d'arts plastiques et d'arts appliqués. Elle réalise des films expérimentaux et parcourt le monde avec sa caméra. Angkar est son premier film. (Source IFFR)

Corneliu Porumboiu
Corneliu Porumboiu

Corneliu Porumboiu est né en Roumanie, en 1975. De 1999 à 2003, il a fait des études cinématographiques à l'Université nationale du théâtre et du cinéma de Bucarest. En 2006, il écrit et réalise son premier long métrage, 12:08 Est de Bucarest. Après Al doilea joc (2014), Fotbal Infinit est son deuxième long métrage documentaire. (Source : Arsenal)

Sasha Litvintseva

Sasha Litvintseva est née en 1989 en Russie. Diplômée de l'École des beaux-arts de Slade, elle prépare actuellement un doctorat sur le concept de cinéma géologique à Goldsmiths, Université de Londres. Artiste cinéaste et chercheuse basée à Londres et à Berlin, ses films et ses recherches se situent à l'intersection de temporalités et de matérialités géologiques, incarnées et historiques. Son travail a été présenté dans le monde entier. (Source : Site de la réalisatrice)

Dieudo Hamadi
Dieudo Hamadi, réalisateur de Kinshasa Makambo

Dieudo Hamadi est né en 1984 en République démocratique du Congo. Après des études de médecine à l'Université de Kisangani, il a suivi des ateliers de réalisation de films documentaires. En 2013, il réalise son premier long métrage, Atalaku, sur la campagne électorale de 2012 en République démocratique du Congo. (Source : Berlinale)