Publié : 24/11/2022, mis à jour: 31/05/2024 à 16:24
http://www.bulac.fr/node/2837

Le fonds Henry Viollet

Architecte de formation et photographe, Henry Viollet (1880-1955) a été une figure pionnière des études sur le patrimoine bâti islamique. La riche documentation rassemblée au cours de ses missions au Proche-Orient (1904-1913) est entrée en 1975 dans les collections de l’Institut d'études iraniennes (aujourd’hui CeRMI, CNRS), désormais déposées à la BULAC. Le fonds comprend photographies, carnets de voyages, notes archéologiques, travaux préparatoires et une correspondance de travail.

 Fonds Henry Viollet

Fonds Henry Viollet (Grégoire Maisonneuve / BULAC).

Henry Viollet

Henry Viollet

Portrait photographique de Henry Viollet. Fonds Jean De Menasce

Architecte, archéologue, mais aussi photographe et voyageur, Henry Viollet (1880-1955) est une figure pionnière des études sur l’architecture islamique. Dès 1904, jeune élève de l’École des Beaux-Arts encore non diplômé, il part vers l’Orient, qu’il sillonne pendant neuf ans, bientôt aidé par des missions officielles du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts. Au cours de ses missions, Viollet relève un grand nombre de monuments, travaille comme architecte et urbaniste pour la ville de Bagdad et va jusqu’à entreprendre les premiers travaux archéologiques sur le site emblématique de Samarra (Irak). La Première Guerre mondiale marque la fin de ses travaux de terrain. Mais il rapporte de ses missions un consciencieux inventaire des sites explorés et une documentation iconographique complètement inédite. Ses notes, plans et croquis, ses photographies d’édifices et vestiges archéologiques constituent un matériel précieux et témoignent de son parcours, original pour l’époque, autour des monuments les plus significatifs du patrimoine bâti islamique qu’il cherchait à documenter pour retracer « les origines de l’art musulman ».

Un fonds d’archives déposé à la BULAC

La remarquable documentation rassemblée par Henry Viollet au cours de ses missions est entrée en 1975 dans les collections de la bibliothèque James-Darmesteter de l’Institut des études iraniennes (aujourd’hui Centre de recherche du monde iranien, CNRS, UMR 8041) ; ces dernières sont entièrement déposées à la BULAC depuis 2011. 

Le fonds comprend plus de 4 500 documents. Une part importante du fonds est constituée de photographies, notamment 930 négatifs sur plaques de verre et environ 2 000 tirages papier. Ces prises de vues montrent des monuments situés en Irak et en Iran, mais aussi en Syrie, Turquie, Liban, Égypte, Soudan, Turkménistan et en Ouzbékistan. Elles révèlent un patrimoine architectural qui est aujourd’hui parfois très restauré, si ce n’est proprement disparu, voire en péril et laissent deviner l’itinéraire que Viollet a suivi au cours de ses voyages. L’époque est celle des grands voyageurs fascinés par l’Orient. Cependant, Viollet fut l’un des rares pionniers à s’écarter des principales voies touristiques pour explorer des régions peu connues.

Outre l’architecture, des scènes de vie montrent l’intérêt historique et ethnologique que ces lieux et leurs habitants exerçaient sur le jeune architecte.

Fonds Henry Viollet

Plaques de verre. Fonds Henry Viollet (Grégoire Maisonneuve / BULAC).

Scène de foule devant les arcades du grand bazar

Ispahan. Porte d’entrée au bazar. Fonds Henry Viollet. Négatif numérisé disponible sur bina.bulac.fr. (c) Maria Lavabre Viollet.

Les archives Viollet contiennent également 1 620 documents, notamment 7 journaux de route et 14 carnets de croquis, des travaux préparatoires à ses missions et conférences, des articles, mais aussi d’importantes notes archéologiques, des courriers administratifs, ainsi que de nombreux échanges avec les architectes, archéologues, épigraphistes et autres spécialistes du domaine, tels que Jacques de Morgan, Max Van Berchem, Samuel Flury, André Godard, ou Louis Massignon.

Henry Viollet publie peu ses travaux et son fonds reste encore largement inexploité. À la fin des années 1990, les archives ont été classées et inventoriées dans le cadre d’une thèse de doctorat qui portait sur le parcours de Viollet en Iran et en identifiant l’iconothèque attenante (Fromanger 20021). La résidence CollEx-Persée EpiPOM a permis le catalogage des 930 plaques de verre et leur traitement bibliothéconomique systématique, ainsi qu’un premier examen des archives papier du fonds. Des documents originaux ont été identifiés qui constituent des pistes de recherche prometteuses pour l’étude d’un corpus iconographique d'un intérêt scientifique indéniable.

  • 1 Marine Fromanger, « Les missions d’Henry Viollet en Perse 1911-1913 : l’architecture iranienne à la période islamique d’après une source inédite : les Fonds Viollet », thèse de doctorat sous la direction d’Yves Porter, Université Aix-Marseille I, 2002 (non publiée).

Les numérisations des négatifs sur plaques de verre du fonds Henry Viollet sont disponibles sur la BiNA et sur Internet Archive.

Actualité de la numérisation patrimoniale : fonds Henry Viollet

Henry Viollet (1880-1955) a été une figure pionnière des études sur le patrimoine bâti islamique. Découvrez une partie de la riche documentation qu'il a rassemblée au cours de ses missions au Moyen-Orient (1904-1913) : les numérisations des 913 négatifs...

Portrait de Martina Massullo

Le patrimoine architectural en pays d’Islam dans le fonds iconographique Henry Viollet


De septembre 2021 à août 2022, la BULAC accueille en résidence Martina Massullo, chercheuse post-doctorante invitée (CeRMI – UMR 8041) dans le cadre du projet EpiPOM – Épigraphie du Proche-Orient médiéval...

Dans l'objectif d'Henry Viollet. Les monuments islamiques à travers un fonds d’archives inexploré (1904-1913) - journée d'étude
23 juin 2022 > 24 juin 2022

En parallèle de l'exposition présentée du 20 juin au 30 juillet, cette journée d'étude internationale rassemblera des spécialistes de l’archéologie et de l’histoire de l’art islamiques.

Dans l’objectif d’Henry Viollet. Les monuments islamiques à travers un fonds d’archives inexploré (1904-1913) - exposition
20 juin 2022 > 30 juillet 2022

Henry Viollet (1880-1955) a été une figure pionnière des études sur le patrimoine bâti islamique. Découvrez une partie de la riche documentation qu'il a rassemblée au cours de ses missions au Moyen-Orient (1904-1913) : photographies, carnets de voyages, notes...

(Re)découvrez le domaine persan

Le domaine persan s’étend sur un espace situé entre le Moyen-Orient et l'Asie centrale et couvre l'Iran, l'Afghanistan, le Tadjikistan, ainsi que le Kurdistan, l’Azerbaïdjan du Sud et le Baloutchistan. Il concerne quatre langues : le persan, le kurde, le...

Marine Defosse
Responsable adjointe du pôle Développement des collections, chef de l'équipe AMOMAC et chargée de collections pour le domaine Afrique
marine.defosse@bulac.fr