http://www.bulac.fr/node/2799

Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle

Organisateur(s) :BULAC

Cette exposition retrace l'histoire de la littérature lituanienne du XXe siècle, intrinsèquement liée au développement de l’identité nationale, aux premières tentatives démocratiques, aux guerres et à leurs terreurs, aux déportations et à l’exil. Elle met à l'honneur des dons et acquisitions majeurs du domaine lituanien, tel le don de Žibuntas Mikšys, artiste lituanien exilé à Paris.

Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle

Illustration : Povilas Osmolskis. Petronėlė Orintaitė, Marti iš miesto : novelės, [Tübingen], Patria, 1948. Collections de la BULAC, BIULO MEL.8.1583(21).

Quand : 14 novembre 2022 > 14 janvier 2023 Où : Rez-de-jardin

Commissariat

Miglė Dulskytė, chargée de collections pour les domaines letton et lituanien

Et sonnent les cloches

Auparavant sporadique et réduite à l'œuvre religieuse et didactique, la littérature lituanienne connaît un essor important tout au long du XXe siècle, résultant d’une longue lutte du peuple contre l’oppression de ses moyens d’expression.

Entre 1864 et 1904, sous l’Empire russe, l’écriture et l’enseignement en lituanien sont interdits, renforçant le processus de russification déjà subi par la population. Des mouvements de résistance culturelle émergent dans un contexte d’oppression. Les Lituaniens à l’étranger, notamment en Prusse-Orientale, investissent dans l’édition et l’impression de presses clandestines. Des femmes et des hommes, connus sous le nom de knygnešiai (porteurs de livres) risquent leur vie en acheminant ces publications vers la terre lituanienne. La littérature et la presse parviennent ainsi à réunir les Lituaniens de différents milieux et appartenances identitaires et politiques autour d’un but commun, celui de l’idéalisme national. Influencés par la montée des sentiments nationaux et par le Printemps des peuples, les femmes et hommes de lettres se donnent comme mission de travailler pour le futur de la Lituanie et de participer à la préservation et au développement de sa langue, de ses coutumes et de sa culture, jusqu’à présent négligés et réprimés.

Exposition « Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle »

Exposition Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle - rez-de-jardin (Maxime Ruscio / BULAC).

Varpas

Martynas Jankus, Vincas Kudirka, Varpas : literaturos, politikos ir mokslo menesinis laikrasztis [La Cloche : journal mensuel de littérature, politique et science], Tilžė, Ragainė, Susivienyjimas Lietuvos intelijentu, 1889-1905. Collections de la BULAC, BIULO MEL.8.948(21).

La ligne éditoriale de Varpas est diversifiée : son contenu est non seulement axé sur la Lituanie et son histoire, mais également sur des actualités politiques, des faits-divers et la vulgarisation des sciences, des découvertes et des coutumes de différents peuples. Ainsi, en plus d’inciter à l’éveil national, ce périodique ouvre une nouvelle fenêtre sur le monde, jusqu’alors inaccessible en langue lituanienne.

Pour le lecteur lituanien du début du XXe siècle, Aušra [L’Aube] et Varpas [La Cloche], les deux périodiques clandestins phares de l’éveil national lituanien, respectivement fondés en 1883 et 1889 en Prusse-Orientale, sont de grandes armes de résistance. En utilisant le slogan « Une personne libre dans une nation libre », leurs éditeurs contribuent à la montée de sentiments nationaux. C’est aussi grâce à cette presse périodique clandestine que des écrivains comme Maironis (1862-1932) et Vincas Kudirka (1858-1899), également éditeur en chef de Varpas, deviennent des icônes de l’éveil national lituanien.

Jaunoji Lietuva : poėma

Maironis, Jaunoji Lietuva : poėma [Jeune Lituanie : poème], Kaunas, A. Petronio knygynas, [1921]. Fonds Constantin Balmont. Collections de la BULAC, BIULO AO.VIII.20.

À travers les personnages du poème Jaunoji Lietuva [Jeune Lituanie], publié pour la première fois en 1907, Maironis (1862-1932) dépeint l’époque de l’interdiction de la presse lituanienne, les efforts de la résistance et ses moyens d’action. C’est donc une ode – provenant de l’un des plus grands poètes romantiques lituaniens – à cette nouvelle génération de la jeune Lituanie dont les aspirations et croyances se sont formées à la lecture de périodiques clandestins comme Varpas et Aušra.

 

Exposition « Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle »

Exposition Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle - rez-de-jardin (Maxime Ruscio / BULAC).

Meilė : poema

Motiejus Gustaitis, Meilė : poema, Chicago, Spauda ir lėšomis Amerikos Lietuvių dienraščio "Kataliko", 1914. Collections de la BULAC, BIULO MEL.8.900(18).

Raštai : surinko ir spaudai prirengė Juozas Gabrys. 4. Dramos ir apysakos

Vincas Kudirka, Raštai : surinko ir spaudai prirengė Juozas Gabrys. 4. Dramos ir apysakos, Tilžėje, Spaudė v. Mauderodė, 1909. Collections de la BULACBIULO BAL.III.6.

Ouvrage spolié pendant la Seconde guerre mondiale, déposé à la BIULO par la Commission de choix de la Récupération artistique (1949-1950)

 

Pour aller plus loin

Vers la littérature esthétique

Au tournant du siècle, la pensée critique sur la littérature – sa forme, son but, son pouvoir – est de plus en plus souvent évoquée dans la presse périodique lituanienne. La rhétorique d’éclaircissement des masses, présente chez les écrivains de l’ancienne génération comme Maironis, Šatrijos Ragana et Vincas Kudirka, devient la cible de la nouvelle génération, sortie des universités européennes. Cette dernière s’inspire des mouvements artistiques dans l’air du temps.

Rinktiniai raštai

Sofija Čiurlionienė-Kymantaitė, Rinktiniai raštai [Œuvres choisies], Vilnius, Valstybinė grožinės literatūros leidykla, 1956. Collections de la BULAC, BIULO AP.VII.224(1).

Participante active au mouvement social des femmes, Sofija Čiurlionienė-Kymantaitė (1886-1958), d’une manière similaire à Herbačiauskas, se préoccupe de l’état artistique de l’époque et invite à renouveler la critique, l’esthétique et la création littéraire. Ses œuvres choisies en trois tomes sont consultables à la BULAC.

Rinktiniai raštai

Sofija Čiurlionienė-Kymantaitė, Rinktiniai raštai [Œuvres choisies], Vilnius, Valstybinė grožinės literatūros leidykla, 1956. Collections de la BULAC, BIULO AP.VII.224(1).

Aušros sūnūs : 4 veiksmų drama

Sofija Čiurlionienė-Kymantaitė, Aušros sūnūs : 4 veiksmų drama, Kaunas, Valstybės spaustuvė, 1926. Fonds Constantin Balmont. Collections de la BULAC, BIULO AO.VIII.33.

Exposition « Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle »

Exposition Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle - rez-de-jardin (Maxime Ruscio / BULAC).

À consulter sur la bibliothèque numérique ePaveldas :

  • Sofija Čiurlionienė-Kymantaitė, Lietuvoje : (kritikos žvilgsnis į Lietuvos inteligentiją), 1910 [En ligne]
  • Liudas Gira, Vaivorykštė, 1913-1914 [En ligne]

L'énigme d'Amerika pirtyje

Amerika pirtyje [L’Amérique en étuve], la première pièce lituanienne jouée publiquement en Lituanie sous l’Empire russe en 1899, est une véritable déclaration politique et artistique contre l’oppresseur. Les officiels l’identifient comme une moquerie du régime tsariste et arrêtent presque tous ses participants. Expression d’une prise de conscience nationale, elle suscite un fort intérêt chez la population lituanienne, et continue d’être jouée de manière clandestine jusqu’à la levée de l’interdiction de la presse.

Antanas Vilkutaitis-Keturakis

Vincas Kuzmickas, Antanas Vilkutaitis-Keturakis, Vilnius, Mokslas, 1981. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULAC, BIULO BAL.IV.272.

Antanas Vilkutaitis-Keturakis

Vincas Kuzmickas, Antanas Vilkutaitis-Keturakis, Vilnius, Mokslas, 1981. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULAC, BIULO BAL.IV.272.

C’est dans Varpas que cette comédie est publiée pour la première fois en 1893, suite à l’appel à textes dramatiques lituaniens de Vincas Kudirka. Signée du pseudonyme Keturakis (littéralement, quatre yeux), la pièce est encore à ce jour l’objet de grands débats quant à sa paternité, attribuée à l’un des deux frères Vilkutaitis. La monographie de Vincas Kuzmickas (1936-1982) retraçant la vie d’Antanas (1864-1903), l’aîné, essaie de prouver sa paternité unique, alors que l’exemplaire provenant de la bibliothèque personnelle de Žibuntas Mikšys contient des coupures de journaux et des commentaires défiant cette affirmation : la paternité appartiendrait-elle en réalité au frère cadet, Juozas (1869-1948), ou bien serait-elle partagée entre les deux ?

 

Un souffle d'indépendance

Baras

Collections de la BULAC, BIULO AI.II.127.

Faustas Kirša, directeur de publication, Baras : literatūros ir meno mėnesinis žurnalas [Baras : revue mensuelle de littérature et art], Kaunas, Dainavos bendrovė, 1925.

Altorių šešėly

Vincas Mykolaitis-PutinasAltorių šešėly [Dans l’ombre des autels], Kaunas, Sakalo bendrovė, 1933. Collections de la BULAC, BIULO AG.III.326.

La première indépendance lituanienne (1918-1940) est une période riche pour la création littéraire. La vie au sein de cette jeune démocratie et le souffle de liberté qu’elle produit ouvrent la porte à des recherches créatives, source d’une grande diversité littéraire aux tendances parfois contradictoires.

C’est le moment d’un épanouissement créatif : les symbolistes, les avant-gardes, les néo-romantiques et les réalistes cohabitent tous ensemble. L’enseignement supérieur se développe, la presse et l’édition sont en plein essor tandis que la vie littéraire s’organise autour d’associations d’écrivains. Les premières histoires littéraires sont ainsi publiées, suscitant pour la première fois un intérêt international pour la littérature lituanienne. Le fonds Constantin Balmont, poète russe exilé en France, en est l’illustration. En grande partie constitué d’ouvrages lituaniens de cette époque, signés et annotés par leurs auteurs, il exprime la diversité éditoriale qui traverse la première République lituanienne entre 1918 et 1940.

Dirva

Adomas Dundzila, Bronius Sirutis, Dirva : dešimt sėjos barų, 1918/9-1929, Dirvos b-vės leidinys, [1929]. Fonds Constantin Balmont. Collections de la BULAC, BIULO MEL.4.288(19).

Fondée en 1918 à Vilnius par Adomas Dundzila (1882-1951) et Bronius Sirutis (1886-1945), Dirva est l’une des plus grandes maisons d’édition de la Lituanie indépendante. L’instabilité territoriale de Vilnius fait que Dirva déménage à Marijampolė et à Kaunas où elle s’installe de manière permanente. La ligne éditoriale de Dirva est alors très diverse. Elle publie des manuels scolaires, des périodiques, des monographies mais aussi des auteurs lituaniens et des traductions des langues étrangères. Faisant partie de la bibliothèque de Constantin Balmont, le présent exemplaire est une édition spéciale publiée pour commémorer les 10 ans de l’existence de Dirva.

Pragiedruliai. II. Gondingos kraštas

Juozas Tumas-Vaižgantas, Pragiedruliai. II. Gondingos kraštas, Kassel-Mattenberg, Aistia, 1948. Collections de la BULAC, BIULO BAL.IV.17.

Pour aller plus loin

À travers les symboles

Saulė ir smiltys

Balys SruogaSaulė ir smiltys[s.i.], [s.n.], [1920]. Collections de la BULAC, BIULO AO.VIII.17.

Exposition « Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle »

Exposition Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle - rez-de-jardin (Maxime Ruscio / BULAC).

Au centre de la poésie symboliste se trouve un sujet lyrique contemplateur, sans cesse torturé par ses recherches infinies et ses incertitudes. Les poètes de la période de l’indépendance se livrent à ce courant littéraire arrivé tardivement en Lituanie. Le bouleversement du monde, la fragilité de l’existence, la dualité de la vie et la mort, ne sont que quelques thématiques traversant cette poésie riche en contemplation, ainsi qu’en symboles mystiques et philosophiques.

Tarp dviejų aušrų

Vincas Mykolaitis-Putinas, Tarp dviejų aušrų, Kaunas, [Raidės sp.], 1927. Fonds Constantin Balmont. Collections de la BULAC, BIULO AO.VIII.32.

Visite de l'ambassadeur de Lituanie

Visite de l'exposition « Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle » le 15 novembre 2022 par S.E.M Nerijus Aleksiejūnas, ambassadeur de Lituanie en France (Maxime Ruscio / BULAC).

Exposition « Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle »

Exposition Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle - rez-de-jardin (Maxime Ruscio / BULAC).

Tolumos

Faustas Kirša, Viktoras Petravičius, illustrateur, Tolumos, Dillingen/Donau, Mūsų Kelias, 1947. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULAC, BIULO BAL.III.304.

Les néo-romantiques

Gaisai

Vincas Krėvė-Mickevičius, éditeur scientifique, Gaisai, Kaunas, Tulpės bendrovė, 1930-1931. Collections de la BULAC, BIULO PER.6342.

Valentina

Antanas Vaičiulaitis, Telesforas Kulakauskas (illustrateur), Valentina, Kaunas, Sakalas, 1936. Collections de la BULAC, ;BIULO AL.VII.374.

Les Quatre vents de l'avant-garde lituanienne

Né du besoin urgent de renouveler la création littéraire et de s’inscrire sur la scène artistique européenne, le mouvement d’avant-garde devient un des principaux outils d’expression littéraire pour la jeune génération d’auteurs de la Lituanie indépendante. Inspirées par l’expressionnisme allemand, le futurisme russe, le cubisme, le dadaïsme et le surréalisme, les avant-gardes lituaniennes adaptent des expériences locales et se réunissent en groupes littéraires, comme Keturi vėjai [Quatre vents] et Trečias Frontas [Troisième front].

100 pavasarių

Kazys Binkis, 100 pavasarių : arba pavasario linksmybės ir sielvartai ir kiti apdūmojimai šio laiko nuotaikai pritaikinti ir bent kiek naujoviškai parašyti [Cent printemps], Kaunas, Išduota kaštu P. Stikliaus, 1926. Collections de la BULACBIULO MEL.8.899(12).

Le recueil de poèmes 100 pavasarių appartient à la période du mouvement de Keturi vėjai. Au premier rang de l’avant-garde lituanienne en lutte contre toute création traditionnelle, Kazys Binkis (1893-1942) se livre ici à une forme d’expressionnisme. Ce n’est pas par hasard qu’il choisit comme motifs principaux le printemps et le vent. Pour les avant-gardes lituaniennes, ce sont les sources d’une force irrépressible et juvénile. Le sujet lyrique confronté à cette force primordiale y retrouve son propre équilibre et sa puissance afin de se battre pour son expression individualiste.

Mėlynos kelnės

Petras Tarulis, Mėlynos kelnės [Pantalon bleu], Kaunas, Keturių vėjų leidinys, 1927. Fonds Constantin Balmont. Collections de la BULAC, BIULO AO.VIII.12.

La parole dynamique, expressive et tranchante de Petras Tarulis (1896-1980) trouve sa source dans la frénésie des forces de la nature et dans leur lien avec les émotions humaines. Son recueil de nouvelles, Mėlynos kelnės [Pantalon bleu], marque la fin du récit psychologique traditionnel lituanien et se tourne vers l’expérimentation avec le langage lui-même.

Le mouvement Keturi vėjai débute avec la publication collective Keturių vėjų pranašas [Prophète des quatre vents] à peine quatre ans après la déclaration de l’indépendance de la Lituanie. Donnant à voir une tranchante critique sociale à propos du manque d’intérêt des élus pour le budget de la culture, de la condition de vie misérable des créateurs et de la peur quasi insurmontable que suscite la situation géopolitique de cette jeune démocratie lituanienne, ce manifeste propose également une nouvelle réflexion sur la création littéraire. Elle se base sur quatre piliers : la discordance, la disproportion, la dissonance et la déconstruction.

Dainos

Kazys Binkis, compilateur, Kazys Šimonis, illustrateur, Dainos : žmonių poezijos antologija [Les Chants : anthologie de la poésie populaire], Šiauliai, Kultūros b-vė, 1922. Fonds Constantin Balmont. Collections de la BULAC, BIULO AO.I.95.

Dainos

Kazys Binkis, compilateur, Kazys Šimonis, illustrateur, Dainos : žmonių poezijos antologija [Les Chants : anthologie de la poésie populaire], Šiauliai, Kultūros b-vė, 1922. Fonds Constantin Balmont. Collections de la BULAC, BIULO AO.I.95.

Dainos

Kazys Binkis, compilateur, Kazys Šimonis, illustrateur, Dainos : žmonių poezijos antologija [Les Chants : anthologie de la poésie populaire], Šiauliai, Kultūros b-vė, 1922. Fonds Constantin Balmont. Collections de la BULAC, BIULO AO.I.95.

Dainos

Kazys Binkis, compilateur, Kazys Šimonis, illustrateur, Dainos : žmonių poezijos antologija [Les Chants : anthologie de la poésie populaire], Šiauliai, Kultūros b-vė, 1922. Fonds Constantin Balmont. Collections de la BULAC, BIULO AO.I.95.

Muba

Juozas Tysliava, directeur de publication, Muba : mūsų baro apžvalga [Muba : revue internationale], Paris, [éditeur inconnu], 1928. Collections de la BULAC, BIULO MEL.4.306(16).

L’un des membres du mouvement Keturi vėjai, Juozas Tysliava (1902-1961) quitte la Lituanie à l’âge de 23 ans. Il gagne Paris en 1925, aspirant à y étudier le journalisme. Très vite, il intègre les cercles littéraires parisiens et publie un recueil de poésie, Coupe de vents, ainsi que la revue internationale Muba. Pendant sa courte existence, Muba réunit des créations d’auteurs comme Céline Arnauld, Jean Cocteau, Henrik Visnapuu, Joseph Delteil, Bruno Jasieński et Vicente Huidobro.

Coupe de vents

Juozas Tysliava, Halina Izdebska (traducteur), Oskar Wladysław de Lubicz Miłosz (préfacier), Léonard Foujita (illustrateur), Coupe de vents, Paris, Ceux qui viennent, 1926. Collections de la BULAC, BIULO MEL.8.734(29).

Coupe de vents

Portrait de Juozas Tysliava par Léonard Foujita. Juozas Tysliava, Halina Izdebska (traducteur), Oskar Wladysław de Lubicz Miłosz (préfacier), Léonard Foujita (illustrateur), Coupe de vents, Paris, Ceux qui viennent, 1926. Collections de la BULAC, BIULO MEL.8.734(29).

À consulter sur la bibliothèque numérique ePaveldas :

  • Petras Tarulis (Juozas Petrėnas), Keturi vėjai1924-1928 [En ligne]
  • B. Raila … [et al.], Trečias frontas, 1930-1931 [En ligne]
  • Kazys Binkis, Vainikai : naujesniosios poezijos antologija, 1921 [En ligne]

La Seconde Guerre mondiale et les occupations russes et allemandes qui se suivent interrompent le développement littéraire de manière abrupte. Entre 1940 et 1945, 70 % des membres de l'Association des écrivains de la Lituanie choisissent l'exil. Les femmes et les hommes de lettres restés sur place n’ont d’autre choix que de se consacrer à la littérature idéologique ou d’entrer en résistance au risque de subir la déportation ou l’emprisonnement. Au moment de l'annexion de la Lituanie par l’Union soviétique en 1944, le mur tombe entre la Lituanie géographique et le reste de sa population en exil.

Sous le soleil soviétique

La prise de pouvoir soviétique ouvre une période de répression des mouvements littéraires. Toute création est mobilisée pour servir l’idéologie en place tandis que les précédents courants sont condamnés et dénoncés comme dangereux. Après la guerre, 81 écrivains sont ainsi condamnés ou déportés. Seul un fort conformisme peut alors permettre de survivre au régime stalinien.

Gimimo naktis

Ema Mikulėnaitė, Gimimo naktis, Vilnius, Vaga, 1982. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULAC, BIULO BR.8.755(2).

Gimimo naktis

Ema Mikulėnaitė, Gimimo naktis, Vilnius, Vaga, 1982. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULAC, BIULO BR.8.755(2).

Raštai : šeši tomai

Ieva Simonaitytė, Raštai : šeši tomai [Œuvres : six tomes], [Vilnius], [Valstybinė grožinės literatūros leidykla], [s. d.]. Collections de la BULAC, BIULO AP.VII.222.

Raštai : šeši tomai

Ieva Simonaitytė, Raštai : šeši tomai [Œuvres : six tomes], [Vilnius], [Valstybinė grožinės literatūros leidykla], [s. d.]. Collections de la BULAC, BIULO AP.VII.222.

O metai nelaukia…

Regina Januškevičienė, O metai nelaukia…, Vilnius, Vaga, 1968. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULACBIULO BAL.IV.253.

« La mort de Staline », annotation de Žibuntas Mikšys

À partir des années 1950, la littérature tente de reprendre le chemin de l’avant-guerre : on cherche à renouveler le lyrisme, à reprendre un ton plus poétique, fictionnel, et à évoquer le sentiment amoureux, tout en restant sous la forte influence du réalisme socialiste. Cette période permet ainsi un regard introspectif sur les créateurs du passé et plusieurs sont réédités et étudiés par des chercheurs en littérature.

Raštai

Kristijonas Donelaitis, Raštai [Œuvres], Vilnius, Vaga, 1977. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULAC, BIULO BAL.III.185.

« L’abjection soviétique » annotation de Žibuntas Mikšys sur un portrait « soviétisé » du promoteur des lettres lituaniennes, Kristijonas Donelaitis (1714-1780).

Et malgré la censure, il est désormais plus facile d’exprimer une identité singulière. Des écrivains comme Icchokas Meras (1934-2014) ou Eduardas Mieželaitis (1919-1997) se mettent alors à inventer de nouvelles formes modernes qui trouvent leur écho à travers toute l’Union soviétique.

Beržai : baltieji broliai

Paulius Širvys, Beržai : baltieji broliai, Vilnius, Vaga, 1989. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULACBIULO BAL.IV.301.

Beržai : baltieji broliai

Paulius Širvys, Beržai : baltieji broliai, Vilnius, Vaga, 1989. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULAC, BIULO BAL.IV.301.

Ex-libris de Žibuntas Mikšys 

Lietuvių sonetas

Justinas Marcinkevičius (éditeur scientifique), Henrikas Bakanas (compilateur), Lietuvių sonetas, Vilnius, Vaga, 1985. Fonds Žibuntas Mikšys Collections de la BULAC, BIULO BAL.IV.237.

Ex-libris de Žibuntas Mikšys

 

 

Lietuvių sonetas

Justinas Marcinkevičius (éditeur scientifique), Henrikas Bakanas (compilateur), Lietuvių sonetas, Vilnius, Vaga, 1985. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULAC, BIULO BAL.IV.237.

Pour aller plus loin

Du sens à l'exil

En fuyant les répressions nazies et staliniennes, la plus grande partie des femmes et des hommes de lettres lituaniens choisissent l’exil. Certains se retrouvent dans des camps de personnes déplacées en Allemagne, d’autres partent vers l’Italie ou la France. La littérature redevient l’un des outils principaux de lutte de la société lituanienne. Elle reflète alors une situation sociale et politique divisée, entre d’un côté les Lituaniens qui choisissent le conformisme, et de l’autre ceux qui cherchent à tout prix à retrouver leur liberté perdue.

À partir des années 1950, la plus grande communauté littéraire lituanienne se retrouve aux États-Unis, notamment à Chicago. Malgré de fortes influences occidentales, les plumes de ces écrivains reviennent sans cesse à la mémoire lointaine de l’enfance, de la nature des terres baltiques et au rythme de vie lituanien qu’ils ont dû abandonner. Cette mémoire nostalgique se transforme en une identité singulière, explorée dans les œuvres les plus inventives du XXe siècle.

Gabija

Jonas Aistis (éditeur), Stepas Zobarskas (éditeur), Gabija : literatūros metraštis spaudos atgavimo penkiasdešimtmečiui ir tremties dešimtmečiui paminėti, Brooklyn, N.Y., Gabijos leidykla, 1954. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULACBIULO BAL.III.320.

 

 

Meilės mokykla : trijų veiksmų komedija

Algirdas Landsbergis, Meilės mokykla : trijų veiksmų komedija, Chicago, [Santara-Šviesa], 1965. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULAC, BIULO BAL.IV.460.

L’espoir créé par la détente faisant suite à la mort de Staline rapproche les exilés lituaniens, mais il est rapidement écrasé par les nouvelles répressions soviétiques. Romas Kalanta, jeune dissident de 19 ans, s’immole par le feu au début des années 1970. C’est le premier d’une série de suicides dans le milieu culturel en réponse aux répressions de la culture lituanienne. Ce moment marque encore une autre vague d’exils artistiques : Icchokas Meras, Tomas Venclova, Saulius Tomas Kondrotas, des écrivains tous déjà reconnus, quittent à leur tour la Lituanie soviétique.

 

Exposition « Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle »

Exposition Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle - rez-de-jardin (Maxime Ruscio / BULAC).

Senas fontanas

Icchokas Meras, Senas fontanas : apsakymai [Vieille fontaine : nouvelles], Vilnius, Vaga, 1971. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULACBIULO BAL.IV.263.

Le dernier livre d’Icchokas Meras publié en Lituanie avant son exil en Israël.

 

 

Sara

Icchokas Meras, Sara, Chicago, Algimanto Mackaus knygų leidimo fondas, 1982. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULAC, BIULO BAL.III.298.

Lettre d’Icchokas Meras à Žibuntas Mikšys, décrivant la situation éditoriale des traductions de l’auteur lituanien en France.

Dans l’air tumultueux des années 1980, les femmes et les hommes de lettres lituaniens se retrouvent de nouveau au devant de la lutte. L’Association des écrivains prend une place de premier plan dans la révolution chantante qui mène à la restauration de l’indépendance en 1990. Ce n’est qu’à ce moment-là, après des années de division idéologique, qu’une voie partagée et consensuelle s'ouvre enfin à la littérature lituanienne.

 

 

Exposition « Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle »

Exposition Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle - rez-de-jardin (Maxime Ruscio / BULAC).

Metmenys

Metmenys [Contours], Chicago, AM & M Publications, 1959-2006. Fonds Žibuntas Mikšys. Collections de la BULACBIULO PER.21002.

 

 

À consulter sur la bibliothèque numérique ePaveldas :

  • Kazys BradūnasAidai, 1944-1991. [En ligne]
  • Žvilgsniai : neperiodinis leidinys, 1946-1948. [En ligne]

La nouvelle littérature lituanienne

« Entre fantômes du passé soviétique et plongée brutale dans les nouvelles libertés capitalistes, la Lituanie d'aujourd'hui est "indescriptible", explique [l'écrivaine] Jurga Ivanauskaitė (...) Jurga Ivanauskaitė tient le lecteur en haleine avec ses scènes érotiques, Jurgis Kunčinas balade à travers le monde un héros post-soviétique, libéré de ses attaches sociales ou locales, qui illustre bien la mondialisation... [Paulius V. Subačius] » (« Lis-tu lituanien ? », Lorraine Millot, Libération, 17 octobre 2002) La nouvelle littérature lituanienne reste intrinsèquement liée à l'idée de l'identité nationale, aux guerres et à leurs terreurs, aux déportations et à l'exil.

Retrouvez ci-dessous un choix d'ouvrages empruntables, présentés à l'entrée de la BULAC jusqu'au 13 décembre 2022.

Voir tous les résultats
Sélection bibliographique La nouvelle littérature lituanienne

Sélection bibliographique La nouvelle littérature lituanienne (Maxime Ruscio / BULAC).

Bees on the Snow

Saulius Šaltenis, introduction by Daiva Litvinskaitė, translated by Elizabeth Novickas, Bees on the Snow : (Kalės vaikai), Flossmoor, Pica Pica Press, 2021. Collections de la BULAC, BULAC MON 8 55169.

L'exposition dans les médias

Capture LRT - article sur l'exposition Les lettres lituaniennes...

 

« Šį rudenį čia – ypač daug dėmesio Lietuvai. Lapkričio 15-osios vakarą atidaryta paroda „Lietuvių literatūra 20 a. verpetuose“ ir surengtas susitikimas su Paryžiuje gyvenančiu rašytoju Valdu Papieviu. »

 

Extrait de l'article consacré à l'exposition par Ieva Vaitkevičiūtė sur LRT [Radio-télévision nationale lituanienne] (16-11-2022)

Visite de l'ambassadeur de Lituanie
15 novembre 2022 – 18:00 > 21:00

Visite de l'exposition « Les lettres lituaniennes dans le tourbillon du XXe siècle » par S.E.M Nerijus Aleksiejūnas, ambassadeur de Lituanie en France, accompagné d'Austė Zdančiūtė, attachée culturelle de l'Ambassade de Lituanie en France.

Valdas Papievis, de l'autre côté du temps
15 novembre 2022 – 19:00 > 20:30

Dialogue entre l’écrivain et le critique littéraire, Éric Dussert

Le 15 novembre 2022, de 19h à 20h30, rencontre-lecture à la BULAC avec l'écrivain lituanien Valdas Papievis, autour de son œuvre, en dialogue avec le critique littéraire, Éric Dussert

Projection de «Réminiscences d'un voyage en Lituanie», Jonas Mekas, 1972
15 décembre 2022 – 18:00 > 20:00

En 2022, le monde et la Lituanie commémorent la vie et l’œuvre de Jonas Mekas, l’une des personnalités culturelles des XXe et XXIe siècles les plus importantes pour la Lituanie et un phénomène culturel mondial à part entière...

Traduire et publier la littérature lituanienne contemporaine
2 octobre 2021 – 16:00 > 17:00

Dialogue avec l'éditrice Emmanuelle Viala Moysan et Marielle Vitureau, journaliste, spécialisée dans la culture lituanienne.

Arunas Tarabilda, Vilniaus legendos

Le lituanien, une langue balte orientale de la famille indo-européenne, est parlé par environ 3,6 millions de personnes dans le monde, dont la plus grande partie en Lituanie. Constitué d'environ 3 000 documents, le fonds lituanien est l’une...

Architecture Europe du Nord

Le domaine balte est constitué d'un fonds relativement modeste qui comprend des documents en lituanien (4 millions de locuteurs), en estonien (1 million de locuteurs) et en letton (1,4 million de locuteurs).

Nos intervenants

Miglė Dulskytė
Agent BULAC

Chargée de collections pour les domaines letton et lituanien de 2021 à 2023