Publié : 18 juillet 2022
http://www.bulac.fr/node/2586

Lire, écrire & vice versa : la série d'été 2022

Cet été, la BULAC vous accompagne en lectureS en vous proposant, en alternance, une sélection de livres coups de cœur du monde extra-occidental, sélectionnés pour vous par ses bibliothécaires, ainsi qu'un éventail de textes imaginés par celles et ceux qui se sont succédé dans ses ateliers d'écriture créative. Du 25 juillet au 27 août, suivez la nouvelle série d'été sur bulac.fr et les réseaux sociaux (Twitter, Facebook et Instagram).

Lire, écrire & vice versa : la série d'été 2022

Crédits photographiques : Bethany Laird. Unsplash

Coups de cœur des bibliothécaires

Un jour sur deux et trois fois par semaine, découvrez les suggestions de lecture des chargés de collections de la BULAC

Chaque lundi, la semaine débutera par les coups de cœur de l'équipe « Asie » ; tous les mercredis, l'équipe « Afrique, Moyen-Orient, Maghreb, Asie centrale » vous livrera à son tour ses engouements livresques ; enfin, les vendredis, l'équipe « Europe balkanique, centrale et orientale » vous conduira en lecture vers d'autres horizons.
Cette sélection d'ouvrages, tous empruntables, vous sera également proposée à l'entrée de la BULAC, du 16 au 27 août. 

Voir tous les résultats

Ateliers d'écriture BULAC - Première restitution en ligne

Un jour sur deux et trois fois par semaine, découvrez les textes nés dans les ateliers d'écriture créative de la BULAC

Deux nouveaux textes seront à découvrir, tous les mardis, jeudis et samedis.
Pour la première fois depuis le lancement en 2016 de ses ateliers d'écriture, la BULAC propose une restitution en ligne d’une trentaine de textes écrits durant ces ateliers. Nés de propositions assorties de contraintes formelles, ces textes sont le reflet du chemin parcouru par chacun des participants pour aller à la rencontre de la singularité de son écriture. 

 

 

Bonnes lectures estivales...

Annabelle Martella-Dans son trou-Lucie Longuet

Il m’arrive de me souvenir du rayon poissonnerie du Super U-Pouilly. Je repense à la surface de glace pilée sur laquelle on entreposait des dos de cabillauds bien gras que j’aimais faire glisser entre mes doigts.

Mariéva Chalvin-Temps mort ?

« Toutes blessent, la dernière tue » : les trois pierres alignées dans la pénombre qui se dissipe portent le nom d’un chanteur, d’un écrivain et d’une inconnue...

Piazza d'Italia, Giorgio de Chirico (1913). Museo Nacional de Bellas Artes (Buenos Aires), Gandalf's Gallery-flickr.com.

Qu’ils viendront je dis, pas de doute ça hein. Et vous y croyez encore vraiment vous ? J’en suis sûr moi qu’y reviennent. Bientôt ou plus tard mais y vont revenir.

Agnès Myara-VIE

Plus de sommeil depuis si longtemps, surélevée grâce à mes cinq oreillers, je happe l’air, goulée après goulée, « du lit au lit » comme chante le grand Jacques…

Chantal Dauphin-Le printemps de Nina-Morning sun-Edward Hopper

Des murs tendus de toile, des meubles anciens, l’appartement est cossu, comme on dit.

Gordon Zola-Essence et gomme- Gas-Hopper

Il est tard mais il fait encore bon. Dans peu de temps il sera l’heure que j’aille me coucher.

Évelyne Noygues-Mes mains sont toute ma fortune !

Elles sont là, devant moi. Mes mains, je les observe. Elles sont charnues et pleines de force. Mes doigts écartés se font face sans se toucher, légèrement repliés.

Saadia Afzal-Paysage

Étendue, jeux d’ombre et de lumière, lignes de vie et chemin pour les yeux, silence, un vert sombre mais rassurant...

Xuan Wang-Daniil Trifonov joue Liszt

Sur la scène, on ne voit qu’un piano à queue et un jeune pianiste. À part le cercle de lumière qui les entoure, tout le reste de la scène demeure dans l’ombre. Daniil Trifonov commence à jouer.