Annabelle Martella-Dans son trou-Lucie Longuet

Dans son trou

Il m’arrive de me souvenir du rayon poissonnerie du Super U-Pouilly. Je repense à la surface de glace pilée sur laquelle on entreposait des dos de cabillauds bien gras que j’aimais faire glisser entre mes doigts.

Mariéva Chalvin-Temps mort ?

Temps mort ?

« Toutes blessent, la dernière tue » : les trois pierres alignées dans la pénombre qui se dissipe portent le nom d’un chanteur, d’un écrivain et d’une inconnue...

Piazza d'Italia, Giorgio de Chirico (1913). Museo Nacional de Bellas Artes (Buenos Aires), Gandalf's Gallery-flickr.com.

Double

Qu’ils viendront je dis, pas de doute ça hein. Et vous y croyez encore vraiment vous ? J’en suis sûr moi qu’y reviennent. Bientôt ou plus tard mais y vont revenir.

Agnès Myara-VIE

VIE

Plus de sommeil depuis si longtemps, surélevée grâce à mes cinq oreillers, je happe l’air, goulée après goulée, « du lit au lit » comme chante le grand Jacques…

Chantal Dauphin-Le printemps de Nina-Morning sun-Edward Hopper

Le printemps de Nina

Des murs tendus de toile, des meubles anciens, l’appartement est cossu, comme on dit.

Gordon Zola-Essence et gomme- Gas-Hopper

Essence et gomme

Il est tard mais il fait encore bon. Dans peu de temps il sera l’heure que j’aille me coucher.

Évelyne Noygues-Mes mains sont toute ma fortune !

Mes mains sont toute ma fortune !

Elles sont là, devant moi. Mes mains, je les observe. Elles sont charnues et pleines de force. Mes doigts écartés se font face sans se toucher, légèrement repliés.

Saadia Afzal-Paysage

Paysage

Étendue, jeux d’ombre et de lumière, lignes de vie et chemin pour les yeux, silence, un vert sombre mais rassurant...

Xuan Wang-Daniil Trifonov joue Liszt

Daniil Trifonov joue Liszt

Sur la scène, on ne voit qu’un piano à queue et un jeune pianiste. À part le cercle de lumière qui les entoure, tout le reste de la scène demeure dans l’ombre. Daniil Trifonov commence à jouer.

Mariéva Chalvin-La chaussure

La chaussure

La chaussure : parfois chaude et sûre, solide, robuste et ferme, d’aucuns diraient pourtant que parfois elle enferme.

Iris Muscari-Café et barre chocolatée

Café et barre chocolatée

Elle est habillée d’une veste de pyjama bordeaux à carreaux noirs, garnie d’une poche supérieure gauche sur laquelle est brodé un nounours jaune, d’un jean délavé bleu et de chaussons.

Florian Targa-Triora-Trouvelot-Aurora borealis

Triora

Et pourtant tu n’iras jamais en ce lieu, et moi non plus jamais plus.