Publié : 02/03/2021, mis à jour: 27/04/2022 à 19:21
http://www.bulac.fr/node/19

Haratch ! en ligne

Le journal Haratch | Յառաջ, fondé en 1925 par Chavarche Missakian (1884-1957) et dont l’édition fut poursuivie par sa fille Arpik Missakian (1926-2015) jusqu’en 2009, occupe une place singulière dans l’histoire de la communauté arménienne de France, dont l’influence a rayonné à l’échelle de toute la diaspora.

Journal Haratch

Journal Haratch

Un journal phare de la diaspora arménienne

Affiche du projet de numérisation du journal Haratch

Affiche du projet de numérisation du journal Haratch

Il s’agit du seul quotidien publié en diaspora à la suite du génocide de 1915 sur une aussi longue période. Ce rythme de parution et cette longévité distinguent ce titre du reste de la presse arménienne de France qui compta jusqu’à 120 titres dans l’entre-deux-guerres et près d’une cinquantaine après 1950 mais qui furent, pour la plupart, des entreprises de plus courte durée ou d’un rythme de parution plus espacé. Le journal Haratch, marqué à sa fondation par un engagement politique socialiste (tendance Dashnak), est ainsi une source exceptionnelle pour étudier les débats qui ont agité tout au long du XXe siècle la communauté arménienne.

En outre, le journal s’inscrit dans une tradition intellectuelle de la presse arménienne de France : les premiers titres apparaissent à partir de 1855 et entretiennent des liens étroits avec le monde savant et littéraire, à l’image d’une communauté arménienne dominée alors par les lettrés. Après 1915, Haratch poursuit cette tradition en ouvrant largement ses colonnes à la création littéraire et accompagne ainsi la riche vie littéraire de la diaspora. Cet attachement aux questions artistiques et culturelles, qui font l’objet de suppléments réguliers, s’explique notamment par le rôle que joue le journal pour préserver, diffuser et enrichir la langue arménienne occidentale - celle qui est parlée par la communauté de la diaspora issue du Levant, massivement présente en France, et dont la forme se distingue de la variante caucasienne parlée dans la République d’Arménie. Haratch est ainsi devenu, au cours des ans, un lieu majeur de développement et de régénération d’une langue et d’une littérature que l’exil aurait pu vouer à la disparition.

Haratch dans les collections de la BULAC

L’importance et l’histoire de ce titre expliquent la présence du journal Haratch dans les collections de la BULAC, aux côté d’une centaine d’autres titres de presse arméniens. Ces collections ne représentent toutefois qu’un faible échantillon du paysage de la presse arménienne en diaspora et présentent le défaut d’être souvent lacunaires.

C’est pourquoi la BULAC s'enorgueillit depuis 2010 de conserver une collection complète des 22 214 fascicules du quotidien, de ses origines à son dernier numéro. Cette situation est le résultat de la volonté d’Arpik Missakian, épaulée par la journaliste Arpi Totoyan, qui ont décidé, à la fermeture du journal, de remettre l’ensemble de la collection de la rédaction à la BULAC, de beaux volumes in-folio soigneusement reliés. Ils y sont désormais abondamment consultés.

Le don était assorti d’une autorisation de numérisation à des fins scientifiques et culturelles.

En 2014, la très dynamique Association pour la recherche et l’archivage de la mémoire arménienne (ARAM), qui collecte documents et archives privées pour constituer un centre de ressource et une bibliothèque numérique de référence, s’est adressée à la BULAC pour lui faire part de son projet de numérisation intégrale du journal Haratch. La bibliothèque a ainsi mis à disposition de l’Association et de ses partenaires sa collection pour permettre la réalisation de ce chantier complexe et ambitieux.

L’intégralité du titre est aujourd’hui disponible en ligne, dans une numérisation de haute qualité. L’ensemble du texte a fait l’objet d’un traitement de reconnaissance optique des caractères, particulièrement difficile pour la typographie utilisée, permettant la recherche plein texte dans les pages du journal.

L’association a lancé la mise en ligne complète de ce titre au mois d’avril 2018. La BULAC est heureuse d’avoir pu contribuer à la réussite de ce projet issu d’une initiative associative exceptionnelle.

L'inauguration du nouveau site web de l’Association pour la recherche et l’archivage de la mémoire arménienne (ARAM), dans ses locaux à Marseille le 5 avril 2018, a été l'occasion de donner un coup de projecteur au travail de numérisation achevé de l'intégralité de la collection Haratch !, dont la BULAC est le dépositaire des exemplaires originaux.

 

Membres de l’association, bénévoles et partenaires étaient réunis le 5 avril 2018 à Marseille pour assister à la présentation du travail de numérisation et de mise en ligne achevé de l’intégralité des 22 214 numéros que compte le journal Haratch !. Le premier quotidien en langue arménienne d'Europe, fondé par Schavarch Missakian en 1925 à Paris, avait continué de paraître jusqu'en mai 2009.

Femmes d'origine arméniennes en costume traditionnel

Le domaine Caucase est constitué d’ouvrages répartis sur plusieurs aires géographiques : la Russie du Sud (Républiques d’Adyguée, du Daghestan, d’Ingouchie, de Kabardino-Balkarie, de Karatchaievo-Tcherkessie, d’Ossétie du Nord, de Tchétchénie) et la Transcaucasie (Arménie, Géorgie et Azerbaïdjan).

Krikor Beledian

Des collections arméniennes enfin rassemblées et accessibles.
La BULAC est allée à la rencontre de Krikor Beledian, l'un des plus grands écrivains contemporains en arménien occidental. En revenant sur son passé de chercheur en études arméniennes et de critique...

Ces journaux des diasporas qui ont fait la presse parisienne
10 février 2022 > 1 avril 2022

Un tour d'horizon de la diversité linguistique de l'édition et de la presse parisienne au XXe siècle vous est proposé à l'occasion du colloque international organisé par Transfopress, réseau transnational pour l'étude de la presse en langues étrangères, les...