http://www.bulac.fr/node/2390

Penser la traduction en termes politiques

Organisateur(s) :BULAC

Dialogue entre Tiphaine​ ​Samoyault et Christiane Fioupou

Penser la traduction en termes politiques afin de rendre visible la violence largement occultée que celle-ci peut induire. C'est le propos du livre Traduction et violence, paru au Seuil en 2020. Rencontre avec son auteur, Tiphaine Samoyault, en dialogue avec Christiane Fioupou.

  Penser la traduction en termes politiques

Couverture Traduction et violence, Tiphaine Samoyault, éditions du Seuil, 2021. Illustration de Agnès Thurnauer, Prédelle (Border#1), 2017. Acrylique sur toile - Courtesy Galerie Michel Rein et Gandy Gallery. Photo : Alberto Ricci. © ADAGP 2020.

Quand : 10 février 2022 – 18:30 > 20:00 Où : Auditorium du Pôle des langues et civilisations
Rencontre - Un livre, des collections

Avec Traduction et violence, Tiphaine Samoyault propose de penser la traduction en termes politiques afin de rendre visible la violence largement occultée que celle-ci peut induire. Car l'acte de traduire n'est pas neutre, en particulier dans les contextes dénués de bienveillance ou d'altruisme, celui-ci s'accompagnant souvent d'une part de déformation ou d’appropriation et occasionnant déception et blessures. La traduction est même, nous dit l'auteure, un des instruments décisifs de toutes les entreprises coloniales : « Traduire l’autre, c’est souvent le dominer en l’amenant de force vers soi, vers ses ordres sociaux, culturels et idéologiques. » (entretien avec Frédérique Roussel, Libération, 1er avril 2020).

Et loin d'envisager le futur plus équitable que nous vend la traduction automatique, Tiphaine Samoyault voit plutôt dans l’intelligence artificielle au service de la traduction, au-delà des avantages qu’elle apporte, le danger d'une accentuation de la hiérarchie entre les langues dominantes et les langues dominées, et à terme, la disparition de ces dernières. La traduction automatique induit également l'idée fallacieuse d'une transparence des langues impliquant leur équivalence et n'exigeant plus d'aller vers l'autre, de faire avec ses différences et d'enrichir la langue de la traduction.

La chercheuse Anne Madelain ne dit pas autre chose quand elle évoque la question cruciale de la traduction des sciences sociales : « La globalisation a imposé la fausse évidence de la transparence des langues. Traduire les sciences humaines dans une autre langue, ce n'est pas simplement transposer des idées. Tous les chercheurs qui travaillent sur ces questions le savent. Et je sais combien à la BULAC on a la conscience aiguë de l'importance de l'existence de cette diversité de langues. Il est désormais important de rappeler l'existence d'une richesse littéraire mais aussi d'une richesse de pensée "entre les langues". Et seuls les échanges et la traduction peuvent la donner à voir. L'idée de l'usage d'une langue commune transparente est une illusion qui commence à s'imposer. » (La BULAC vue par Anne Madelain).

Pour Tiphaine Samoyault, le discours positif sur la traduction, en tant que lieu de compréhension et de respect de l'autre, n'est pas faux. Mais il ne peut pas occulter le fait que la traduction est le lieu de l'imperfection et du conflit, à commencer pour le traducteur.

Rencontre Penser la traduction en termes politiques
Rencontre Penser la traduction en termes politiques
Rencontre Penser la traduction en termes politiques
Rencontre Penser la traduction en termes politiques

Événement en présentiel à l'auditorium, diffusé en direct sur la chaîne YouTube de la BULAC, en partenariat avec le Festival Vo-Vf.

Sélection bibliographique autour des questions de traduction

Voir tous les résultats
Sélection bibliographique « Penser la traduction en termes politiques »

Sélection bibliographique « Penser la traduction en termes politiques » (Maxime Ruscio / BULAC)

 

 

 

 

Des ouvrages empruntables à l'entrée de la BULAC, jusqu'au 19 février

Échos de la parution de Traduction et violence :

« Tiphaine Samoyault. L’Agonistique du traduire », Entretien avec Marielle Macé et Philippe Roger, in Critique 886 : La traduction, art de l’intranquillité (Éditions de Minuit, mars 2021)

« Les entretiens de Po&sie : Traduire la Poésie » (Maison de la Poésie, 13 octobre 2021)

« La traduction est la continuation de la politique par d’autres moyens » – à propos de Traduction et violence de Tiphaine Samoyault, Marc Porée (revue AOC, juillet 2020)

« Traduction et Violence, de Tiphaine Samoyault : l’âpreté de traduire », Jean-Louis Jeannelle (Le Monde des livres, 11 juin 2020)

« Redonner à la traduction son potentiel de négativité active » (Traduction et violence), Christine Marcandier (Diacritik, 13 mai 2020).

« Tiphaine Samoyault, Traduction et violence », Lectures [En ligne], Valère Zysman-Singer (OpenEdition Journals, 14 décembre 2020)

Controverse Amanda Gorman :

« La traduction des poèmes d’Amanda Gorman est au cœur de conflits idéologiques », Tiphaine Samoyault (« La Nuit de la traduction », épisode 1, France Culture, 3 octobre 2021)

Faut-il se ressembler pour traduire ?, ouvrage collectif, contribution de Tiphaine Samoyault (éditions Double ponctuation, 2022)

Logos de la BULAC et du Festival Vo-VF

Logos de la BULAC et du Festival Vo-VF

Nos intervenants

Tiphaine Samoyault
Tiphaine Samoyault
  • Essayiste, critique littéraire et traductrice : entre autres, Ulysse de James Joyce, nouvelle traduction collective, coordonnée par Jacques Aubert (Gallimard, 2015), et Ta'ayushn : journal d'un combat pour la paix : Israël Palestine, 2002-2005, essai de David Shulman (Le Seuil, 2006). Elle traduit aussi de la poésie pour la revue Po&sie.
  • Directrice d’études à l’EHESS. Domaines d’études : littérature comparée, traductologie, littérature et sciences humaines.
  • Wikipédia ; theses.fr ; Cairn.
  • Du même auteur ; dans le catalogue de la BULAC.
Christiane Fioupou
Christiane Fioupou