Publié : 04 août 2020
http://www.bulac.fr/node/2781

Rimbaud-Soleillet. Une Saison en Afrique

Exposition au Carré d'Art de Nîmes

4 août - 20 septembre 2020

La BULAC prête le Dictionnaire de la langue amarinna de Antoine d'Abbadie, Paris (1881), pour cette exposition.

Rimbaud-Soleillet. Une Saison en Afrique

Antoine D'Abbadie, Dictionnaire de la langue amarinna, Paris, 1881. Page de titre dédicacée par Paul Soleillet, Don Makonnen Argaw. Exposé à Nîmes, janvier 2020. Collections de la BULAC, BULAC MON 8 31136.

C’est l’histoire de la rencontre de deux hommes épris de liberté et d’aventure. Le titre est évidemment une allusion au seul texte qu’Arthur Rimbaud a publié à compte d’auteur : Une saison en enfer, rédigé en avril-août 1873.

L'exposition

L’exposition évoque le destin croisé dans la Corne de l’Afrique et la rencontre possible des deux personnages antithétiques :

  • l’explorateur nîmois Paul Soleillet (1842-1886), alors un héros colonial dont on suit les aventures dans le Journal des voyages ;
  • Arthur Rimbaud, poète alors quasi inconnu.

L’exposition porte à la fois sur la vie de ces deux personnages et sur les régions de l’Est de l’Afrique où ils ont vécu : Aden, Obock, Tadjourah, le Choa, le Haraar.
Un volet contemporain, réalisé avec le soutien de l’ambassade de France à Djibouti, présente, dans les deux pays, le travail de photographes actuels.
Le mot du commissaire. « Rimbaud – Soleillet. Une saison en Afrique, c’est l’histoire de la rencontre de deux hommes épris de liberté et d’aventure. Le titre est évidemment une allusion au seul texte qu’Arthur Rimbaud a publié (à compte d’auteur) : Une saison en enfer (rédigé en avril-août 1873) ». Lire la suite...

Kasbas berbères de l'Atlas et des oasis

Le domaine Afrique de la BULAC rassemble des documents rares, tant en langues africaines qu'en français ou en anglais. De grands africanistes, tels Maurice Delafosse (1870-1926) et Henri Labouret (1878-1945) donnent la première impulsion aux collections, avant leur véritable expansion...

Exposition Trente ans qui ont changé l'Éthiopie

Le fonds éthiopien de la BULAC est l’un des plus remarquables de France : 4 000 ouvrages, dont 1 300 en langues vernaculaires. L’amharique (21 millions de locuteurs) y domine, reflet de son statut de langue officielle en Éthiopie durant près d’un siècle...