http://www.bulac.fr/node/2679

Sciences sociales « d’ailleurs » ?

Organisateur(s) :BULAC

Comment comprendre le monde contemporain, sans traduire ce qui s’écrit en histoire, philosophie ou sociologie dans des régions du monde en plein bouleversement ?

Sciences sociales « d’ailleurs » ?

Illustration : Mokeït Van Linden. Copyright : Éditions de l'EHESS

Quand : 18 décembre 2014 – 18:30 > 20:30 Où : Auditorium du Pôle des langues et civilisations

En collaboration avec les Éditions de l’EHESS

Si l’internationalisation des sciences humaines et sociales s’accompagne d’une utilisation massive de l’anglais, une pensée critique du monde contemporain ne peut se construire que dans des circulations multiples et une réflexion critique sur la transposition des concepts. Comment circulent aujourd’hui les sciences sociales entre la France, le monde turc, la Corée ou encore la Russie, sur quelles traditions s’appuient-elles, quels sont les vecteurs de connaissance et les points de blocages ?

Introduction du recueil « Sciences sociales d'ailleurs. 32 ouvrages à traduire »

L’idée qui a présidé à la conception de « ce recueil » n’est pas d’être prescripteur. En présentant des livres parus dans des aires linguistiques et culturelles souvent peu visibles sur la carte « spontanée » de nos savoirs, notre objectif n’est pas davantage de pointer des « lacunes » dans le champ français, qui demeurent par ailleurs souvent difficiles à circonscrire.

Il s’agit plutôt d’alimenter un débat : les sciences sociales françaises sont maintenant largement internationalisées, mais l’édition en sciences humaines, dominée par les études d’auteurs nationaux et un nombre modeste – bien qu’en progression numérique  – de traductions d’auteurs majoritairement anglophones, reflète peu ce fait.

Introduire un auteur étranger dans le champ national –  surtout s’il écrit dans une langue « à faible diffusion » – est bien sûr un pari risqué, sur le plan intellectuel autant qu’économique. Il s’agit de susciter une alchimie complexe dans laquelle il faut à la fois « inventer » un contexte de réception et introduire une pensée étrangère, dont les références, si ce n’est l’articulation conceptuelle tout entière, doivent être « acclimatées ».

Éditer des sciences sociales, c’est avant tout admettre que la traduction des concepts fait partie intégrante de la recherche. Les débats qui se déroulent hors du champ national ou de son environnement intellectuel proche peuvent nous permettre de déplacer nos propres questionnements. La forme même de nos textes, définis par une culture scientifique propre, peut être questionnée par les écrits venant d’aires culturelles différentes. Plus que jamais, en effet, les sciences humaines françaises et le débat d’idées ont besoin de s’alimenter ailleurs.

Les ouvrages ici sélectionnés sont le fruit du travail d’une « cellule de veille » au sein de l’EHESS, regroupant des chercheurs fréquentant des « terrains » non francophones et soucieux de faire partager leurs sources et leurs enthousiasmes. Chaque texte est signé car chaque choix est assumé. Notre contribution à ce débat sera modeste, mais cherchera à défricher des champs non explorés : des aires culturelles proches ou lointaines, dont les auteurs de non-fiction sont peu traduits: Amérique latine, Europe centrale et orientale, Moyen-Orient, Asie du Sud, Continent africain, etc.

Les Éditions de l’EHESS sont actives dans la réflexion sur les circulations des savoirs et la mobilisation en faveur de plus de traduction dans les sciences humaines. En 2009, nous avions été à l’initiative du manifeste Pour une édition en sciences humaines réellement européenne, affirmant la nécessité d’une circulation accrue des textes en Europe – en particulier entre l’est et l’ouest du continent – et la reconnaissance de la pluralité des « façons de faire la recherche » (rapports en ligne sur www.editions. ehess.fr/menu/international/).

Aujourd’hui, avec ce recueil, nous souhaitons alerter les éditeurs français et francophones, mais aussi la communauté des chercheurs, des bibliothécaires, des traducteurs ainsi que l’institution universitaire et les responsables politiques, sur l’urgence d’une réelle politique d’aide à la traduction d’ouvrages scientifiques au niveau européen.

Les Éditions de l’EHESS

(Re)lire les ouvrages proposés à la traduction dans les collections de la BULAC

Voir tous les résultats

Consulter une sélection d'ouvrages sur la traduction des sciences sociales à la BULAC

Voir tous les résultats
Cycle « À la table du traducteur » 2014-2018
25 septembre 2014 > 8 février 2018

Plus de 350 langues sont représentées dans les collections de la bibliothèque, mettant la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations au carrefour des langues du monde. La traduction, outil de dialogue entre les cultures, participe à la défense de la...

Penser en plusieurs langues. Éditer des traductions en sciences humaines et sociales aujourd'hui.
11 janvier 2018 > 8 février 2018

Les 8 février et 11 janvier 2018, la BULAC accueille deux séances du séminaire mensuel « Penser en plusieurs langues », co-organisé par le CERCEC, le CETOBaC, le Centre Georg Simmel, les éditions de l'EHESS et les éditions de la MSH.

Nos intervenants

Ioulia Podoroga
Ioulia Podoroga

Docteure en philosophie, Ioulia Podoroga a soutenu deux thèses de doctorat en philosophie, l’une à l’université de Lille 3, intitulée Durée. Le travail du concept dans la philosophie de Bergson, l’autre en Russie à l’université d’état en sciences humaines, sur Les images et les concepts de la durée chez Bergson. Elle a poursuivi ses recherches postdoctorales à l’université de Mayence (2010-2011), au Centre Marc Bloch de l’université Humboldt de Berlin (2011-2012) et à Columbia University (New-York). Depuis 2012, elle travaille à l’Unité de russe de l’université de Genève comme collaboratrice scientifique sur le projet Concepts philosophiques en littérature et théorie de l’art en Russie (1910-1940) : transferts et transformations interdisciplinaires, soutenu par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS).

Hamit Bozarslan
Hamit Bozarslan

Docteur en histoire (École des hautes études en sciences sociales) et en sciences politiques (Institut d'études politiques de Paris), Hamit Bozarslan est directeur d’études au Centre d’Études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC). Il a été codirecteur de l’Institut d'études de l'Islam et des sociétés du monde musulman (2002-2008) et membre du bureau de l’EHESS (2009-2011). Ses travaux portent sur la sociologie politique et historique du Moyen-Orient, ainsi que sur la violence et les questions minoritaires dans cette région.Il est l'initiateur de Sciences sociales d'ailleurs.

Alain Delissen
Alain Delissen

Alain Delissen est historien, géographe et coréaniste, membre du Réseau des études coréennes. Travaillant sur la période coloniale, il y étudie les formes matérielles, sociales ou symboliques de Séoul, bouleversé par de puissantes migrations où se jouent assimilation et discrimination. Observateur de la Corée contemporaine divisée, il tente d’en saisir l’évolution au moyen privilégié des usages savants et sociaux, publics ou privés du passé national. Il dirige depuis une dizaine d'année un groupe de travail qui a placé la traduction collective des sciences sociales coréennes au cœur de ses pratiques de recherche et de son engagement pédagogique.

Benjamin Guichard
Agent BULAC

Benjamin Guichard est conservateur en chef des bibliothèques, directeur scientifique de la BULAC depuis 2015.

Réécouter la rencontre

Type de fichier
mp3
Publié
18 mai 2022

Conférence de


  • Ioulia Podoroga, docteure en philosophie ;
  • Hamit Bozarslan, directeur d’études au Centre d’Études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC) ;
  • Alain Delissen, historien, géographe et coréaniste, membre du Réseau des études coréennes ;
  • Benjamin Guichard, conservateur en chef des bibliothèques, directeur scientifique