Publié : 30/07/2022, mis à jour: 30/07/2022 à 10:01
http://www.bulac.fr/node/2598

Tout est une question de point de vue !

Qu’est-ce qu’il a celui-là à faire flotter son bras au-dessus de lui en ricanant pour héler le serveur ? !

Hafida Le Cloirec-Tout est une question de point de vue !

Crédits photographiques : Clem Onojeghuo (Unsplash)

Hafida Le Cloirec-Ait Yahya

Qu’est-ce qu’il a celui-là à faire flotter son bras au dessus de lui en ricanant pour héler le serveur ? 

 

Je ne sais pourquoi je suis attirée par le manège d’un homme situé deux tables plus loin. C’est le grotesque de la scène qui retient mon attention. Je suis déjà passablement énervée par le serveur, mais là, l’homme a achevé de me mettre hors de moi. 

 

Et sa copine qui pouffe d’un rire bête. 

 

Je vérifie que ma sœur et sa fille, toutes deux en face de moi, n’ont rien remarqué. 

 

Ma sœur est toujours en train d’essayer d’attirer désespérément l’attention du serveur avec des gestes désordonnés. Elle a le bras droit levé, mais il est comme désarticulé et bouge dans tous les sens. Elle a l’air d’être prise de convulsions. 

 

C’est vrai que sa chorégraphie est comique. Mais moi, cette scène, elle me donne plutôt envie de pleurer et j’enrage intérieurement de voir cet énergumène se moquer de ma sœur 

 

S’il l’avait connue avant qu’elle ne soit malade. Elle était d’une vivacité ! Mais maintenant, elle n’est plus qu’une ombre. Je sais que ma sœur n’est pas dans son état normal, mais j’espère encore la voir guérir.

 

On devait passer toutes les trois un déjeuner agréable, mais cet inconnu est en train de le gâcher. 

 

Je me demande si sa fille, ma nièce, se rend compte de l’état de sa mère. Elle est si jeune ! Je ne veux pas qu’elle remarque ce type, qui est toujours en train d’imiter ma sœur. 

 

Il doit être proche de la quarantaine, mais à son âge, il continue de trouver drôle de se moquer du handicap des autres. 

 

Je le fusille du regard, mais il continue. Sa compagne rit de plus belle. Cette fois, c’est décidé, j’y vais. Je me lève. J’avance d’un pas de Terminator. Le quidam stoppe ses gesticulations. J’hésite... et je retourne m’asseoir. Ouf ! Ma sœur et sa fille n’ont rien remarqué.

 

Le 11 mai 2022

Photo de une - Restitution des ateliers d'écriture

Pour la première fois depuis le lancement en 2016 de ses ateliers d'écriture, la BULAC propose une restitution en ligne de plus d'une trentaine de textes écrits durant ces ateliers. Nés de propositions assorties de contraintes formelles, ces textes sont...